Jenfi Home-Studio

Your wishlist "music" to Santa Claus 2017?

Several possible choices
◄ 3 choice maximum ►

Participate to see the results.

ROLAND U-110

PCM Sound Module

ROLAND U-110

Le U-110 a été produit avant le U-20 et U-220. Les sons viennent en grande partie de la librairie Roland du S-50. C'est un appareil très polyvalent : PIANO, VIBRAPHONE, BELL, MARIMBA, GUITAR, BASS, CHOIR, STRINGS, ORGAN, WIND, DRUMS. L'usage des 4 ports pour cartes PCM série SN-U110 est vite de rigueur. On y retrouve des sons célèbres du D-50 (08-01 : FANTASIA, 08-04 : BREATH VOX, 08-08 : RICHBRASS, 08-28 NATIVE DANCE), ou du JUPITER (09-12 : JP.STRING, 09-13 : JP.BRASS1) ou des originaux (02-34 : ORCH HIT, 09-10 : HEAVY EG 1) en grande partie intégrés dans le U-20/220. La carte SN-U110-07 comprend pas moins de 71 guitares électriques (jazz, overdrive, distorsion). Néanmoins, dans les programmes internes, il y a une très bonne guitare "cocote" en I30, une excellente fretless en I50, et un shakuhachi en I97 pour faire exotique. Je ne parle pas des chœurs et des violons, ils sont excellents. Je recommande la carte SN-U110-13 "Super Strings" qui se patche en stéréo. Cool ! Il y a 6 tables de réassignations qui permettent la création de map General MIDI (en édition, allez en SETUP :MAP, et faire correspondre les sons (Interne ou Carte X) au numéro de "program change" souhaité). Le U-220 a été plus populaire. Le U-110 a été utilisé par Erick Benzi, Galleon, Giambattista Chessa, Information Society (InSoc), Klaus Schulze, Pet Shop Boys...

Constituant la majeur partie des instruments électroniques actuels, la lecture d'échantillons est un moyen facile de fabriquer des synthétiseurs à synthèse soustractive. En effet, plutôt que de fabriquer des formes d'ondes originales et évolutives, on s'est dit qu'il était intéressant de stocker une multitude d'échantillons sonores et de s'en servir de base pour créer des timbres complexes. Cette technique a rendu très réalistes les instruments basés sur ce principe. A cause du caractère reconnaissable d'un certain nombre d'échantillons, il est parfois difficile de créer des sons radicalement nouveaux. Elle n'est pas a proprement parler une véritable synthèse.

Le principe de la synthèse soustractive consiste à filtrer des signaux riches en harmoniques. Simple à mettre en oeuvre et économique, la synthèse soustractive s'est naturellement imposée sur les premiers synthétiseurs, dès les années soixantes. La synthèse soustractive peut prendre une autre source que le classique oscillateur délivrant des formes d'ondes périodiques simples, que celui-ci soit analogique ou numérique. A partir de la fin des années quatre-vingts, nombre de synthétiseurs soustractifs ont utilisé des échantillons numériques comme source de synthèse. Il peut s'agir d'échantillons d'instruments acoustiques ou électriques, pris séparément (piano, basse, orgue...) ou enregistrés ensembles (section de cuivres, de cordes...), mais également de voix ou de bruits divers. L'efficacité d'un filtre est fonction de sa pente, encore appelée "rolloff" ou "slope", exprimée en décibels par octave (dB/octave) ou en pôle. Le terme "pôle" fait référence au schéma typique d'un filtre ayant une pente de 6 dB/octave. Ainsi, on trouve des filtres 1 pôle, 2 pôles (12 dB/octave), 3 pôles (18 dB/octave) et 4 pôles (24 dB/octave). Additionner les pôles revient à placer des filtres identiques en série. On attribut à Robert Moog l'idée de mettre en série quatre filtres passe-bas, schéma désigné sous le terme de cascade de Moog. Sur un synthétiseur soustractif, deux paramètres principaux permettent d'ajuster l'effet de filtrage : la fréquence de coupure qui est la fréquence à partir de laquelle le filtre va entrer en action, et la résonance (disponible sur certains instruments), qui permet de faire entrer le filtre en auto-oscillation. Celui-ci se comporte alors comme un oscillateur. Il est également possible de modifier l'évolution temporelle de l'effet en adjoignant au filtre une enveloppe d'amplitude.



Caractéristiques techniques

Date de commercialisationJanvier 1989
Type de synthèseEchantillons PCM 32 kHz
Résolution12 bits
Mémoire3 Mo
ClavierN/A
Expression MIDIVélocité, After Touch Mono ou Polyphonique
Programmes, Timbres, Singles, Voices (presets/progr.)99 presets, plus si cartes PCM
Combis, Patches, Performances, Multi (presets/progr.)64 programmes
Afficheur2 lignes de 16 caractères LCD
Polyphonie31 voix
Nombre d'oscillateurs/générateurs31 générateurs
Multitimbral6 voies
Sons de batterieOui, sur le programme 99
EffetsChorus, Trémolo
SéquenceurNon
Stockage externeCarte RAM, PCM, SysEx
MIDIIN, OUT, THRU
Sorties audioStéréo + 6 (jack)
OptionsLibrairie cartes Roland SN-U110
CompatibilitéNon

Le CM-32P utilise la technologie RS-PCM du U20 et U220. De ce fait, il accepte les cartes SN-U110 de chez Roland.

Voir le document Roland U-110 Preset pdf (12 Ko)

Voir le document Roland U-110 Sound Cards pdf (56 Ko)

Mac talk Vous voulez écouter les démos du Roland U-110 ? Alors cliquez sur le bouton ci-dessous.


Voir le Manuel utilisateur du U-110 pdf (2,2 Mo) FR

Voir le Owner's Manual du U-110 (Manuel utilisateur en langue anglaise) pdf (3,9 Mo) EN

Voir la procédure de tests et reset du U-110.


Présenté par Jenfi Home.
Copyright © 2001-2017 Jean-Philippe Mamosa.
Toutes les photographies, sons, programmes, marques déposées et les logos sont propriétés de leurs détenteurs respectifs.
Page modifiée il y a plus de 1 an, un lundi à 22h24mn.