Jenfi Home-Studio

Your wishlist "music" to Santa Claus 2017?

Several possible choices
◄ 3 choice maximum ►

Participate to see the results.

ROLAND M-VS1

Vintage Synth Module

ROLAND M-VS1

Les sons (Waveforms) du M-VS1 viennent de la carte d'extension SR-JV80-04 Roland conçue pour les expandeurs de la série JV et XP. Les cartes d'extensions SR-JV80 sont, pour la majorité, le fruit de la collaboration de Eric Persing et sa société Spectrasonics (spécialisée entre autres dans le CD de samples haut de gamme) avec Roland. Le M-VS1 propose une large gamme de sons de claviers, synthés analogiques et digitaux « Vintage » légendaires des années 60, 70 et 80 en grande partie puisés dans les matériels de la marque. Dans les patches, nous trouvons des pianos électriques (assez fades, trop synthétiques), des orgues Farfisa et Hammond, du Mellotron… des nappes Strings du Solina ARP, Rhapsody Elka et VP-330 Roland… des synthés monophoniques - avec portamento, s'il vous plaît ! - Odyssey ARP, SH et TB-303 Roland, MiniMoog Moog;-), CS Yamaha… les modulaires System 700 Roland, Modular Moog, 2600 ARP et autres PS Korg… des polyphoniques comme le Super Jupiter, le Prophet 5 et T8 SCI, l'Oberheim 2-Voice, OBX et Matrix, le PPG Wave, quelques CS Yamaha, mais aussi les JP-4, JP-6 et JP-8, ainsi que le JUNO, le D-50, les JX et Alpha Juno, les MKS et autres GR-300 (le son comme dans “The Sheltering Sky”, miam ;-)) et GR-500… Les kits de percussions ne sont pas en reste avec des TR (808 et 909) et CR-78. Le M-400 est fantastique avec ses samples de "Flute" "Violin" et "Choir" très bien réussis. Toutes ces machines sont identifiables par le nom des presets - qui empreinte parfois celui d'un hit discographique ou d'un thème d'une BOF (003:"Shine on you", 016:"Shining Wave", 020:"Replicants", 036:"Solina", 063:"Tron Strings", 065:"StrawberyFlt", 160:"Lucky Man", 182:"2600 Reso Bs", etc.). Dans les 255 patches, tous les noms ne sont pas évocateurs. J'ai pourtant l'impression d'entendre sur certains presets un DX7, un M1, un K5 ou K5000, des analos Korg genre MS10/20, 700 ou 800DV.… Malheureusement ces noms ne sont lisibles que sur la doc utilisateur. Le M-VS1 est uniquement affublé d'un afficheur numérique de trois digits sur lequel s'incrit parfois des mnémoniques cabalistiques pour signifier un état ou statut (on, oFF, hLd, uoL, PAr, ALL, PF, Pat, Err, etc.). La sensibilité de la vélocité et/ou de l'aftertouch sont très bien implémentées (ouverture ou fermeture du filtre, changement de volume des layers, variation de vitesse des LFOs, etc.) et donne une excellente expressivité au son. Sur certains Patch, le vibrato n'agit pas sur le LFO mais sur le filtre. Attention, la polyphonie peut vite chuter: certains presets sont gourmands en nombre de générateurs. Ils peuvent puiser jusque quatre "Voice" par note jouée !!! Le M-VS1 a été utilisé par Chris Copping (Bob Dylan), Mark Rae (In The Cage), Paul Gomersall (George Michael), Doug Melbourne, Jerome Ramsey (E-Mu Vintage Key également), Brendan Pollard (Mellotron M400 également), Stephan B. Wessels, Karnataka, Dave Stewart

Constituant la majeur partie des instruments électroniques actuels, la lecture d'échantillons est un moyen facile de fabriquer des synthétiseurs à synthèse soustractive. En effet, plutôt que de fabriquer des formes d'ondes originales et évolutives, on s'est dit qu'il était intéressant de stocker une multitude d'échantillons sonores et de s'en servir de base pour créer des timbres complexes. Cette technique a rendu très réalistes les instruments basés sur ce principe. A cause du caractère reconnaissable d'un certain nombre d'échantillons, il est parfois difficile de créer des sons radicalement nouveaux. Elle n'est pas a proprement parler une véritable synthèse.

Le principe de la synthèse soustractive consiste à filtrer des signaux riches en harmoniques. Simple à mettre en oeuvre et économique, la synthèse soustractive s'est naturellement imposée sur les premiers synthétiseurs, dès les années soixantes. La synthèse soustractive peut prendre une autre source que le classique oscillateur délivrant des formes d'ondes périodiques simples, que celui-ci soit analogique ou numérique. A partir de la fin des années quatre-vingts, nombre de synthétiseurs soustractifs ont utilisé des échantillons numériques comme source de synthèse. Il peut s'agir d'échantillons d'instruments acoustiques ou électriques, pris séparément (piano, basse, orgue...) ou enregistrés ensembles (section de cuivres, de cordes...), mais également de voix ou de bruits divers. L'efficacité d'un filtre est fonction de sa pente, encore appelée "rolloff" ou "slope", exprimée en décibels par octave (dB/octave) ou en pôle. Le terme "pôle" fait référence au schéma typique d'un filtre ayant une pente de 6 dB/octave. Ainsi, on trouve des filtres 1 pôle, 2 pôles (12 dB/octave), 3 pôles (18 dB/octave) et 4 pôles (24 dB/octave). Additionner les pôles revient à placer des filtres identiques en série. On attribut à Robert Moog l'idée de mettre en série quatre filtres passe-bas, schéma désigné sous le terme de cascade de Moog. Sur un synthétiseur soustractif, deux paramètres principaux permettent d'ajuster l'effet de filtrage : la fréquence de coupure qui est la fréquence à partir de laquelle le filtre va entrer en action, et la résonance (disponible sur certains instruments), qui permet de faire entrer le filtre en auto-oscillation. Celui-ci se comporte alors comme un oscillateur. Il est également possible de modifier l'évolution temporelle de l'effet en adjoignant au filtre une enveloppe d'amplitude.

L'expression en temps réel ! Moduler signifie intervenir sur certains paramètres du son, soit de manière interactive, de la même manière qu'un instrumentiste avec la vélocité, la pression, le Pitch bend, le Breath Controller ou n'importe quel contrôle MIDI, soit au moyen d'un effet prédéfini : enveloppe, LFO… La modulation matricielle est en fait, comme avec la synthèse vectorielle, plus un système de contrôle du son et permet de modifier ou de créer l'allure du timbre final par des processus électroniques. A l'instar des synthétiseurs modulaires, composés de divers modules connectables entre eux, la modulation matricielle permet de créer des connexions variées entre les modules du synthé (LFO, enveloppes, etc.). Il s'agit en fait d'une méthode extrèmement flexible de contrôle du son, permettant d'assigner la plupart des contrôleurs de l'instrument (clavier, molettes, enveloppes...) à des paramètres sensibles (filtre, LFO, amplificateur...). Sur les anciens modulaires, tel le Moog 55, il fallait brancher ("patcher") physiquement avec des câbles entre les modules ou insérer des fiches sur une matrice : jonction en X et Y (souces en lignes, destinations en colonnes) comme sur le EMS VCS3; d'où le nom de "matricielle". Sur les machines modernes sont déjà prépatchés la molette au LFO et le Bender au Pitch (hauteur de la note). Aujourd'hui, l'affectation des modules entre eux s'effectue par logiciel. Les synthétiseurs intégrant la modulation matricielle offrent généralement une souplesse d'utilisation et une palette de possibilités créatives très étendues.



Caractéristiques techniques

Date de commercialisationFévrier 1995
Type de synthèseSoustractive, échantillons
Résolution16 bits, 44.1 kHz
18 bits D/A
Mémoire8Mo* de données d'ondes
* 16Mo en format linéaire 16 bits
254 formes d'ondes, dont 80 de percussions
ClavierN/A
Expression MIDIVélocité d'attaque ET de relâchement,
After Touch (canal)
Portamento
Sostenuto
Programmes, Timbres, Singles, Voices (presets/progr.)255 presets
Combis, Patches, Performances, Multi (presets/progr.)17 programmes
AfficheurAfficheur numérique à 3 caractères LED 7 segments
11 voyants LED de fonctions
Polyphonie28 voix
Nombre d'oscillateurs/générateurs28 générateurs
Multitimbral8 voies (7 + rythmes)
Sons de batterieOui (8 kits)
EffetsReverb (8 types)
Chorus (3 types)
SéquenceurNon
Stockage externeSysEx
MIDIIN, OUT, THRU
Sorties audioStéréo
OptionsNon
CompatibilitéStandard GM/GS
SysEx JV-80, JV-90, JV-1000 et JV-880

Voir quelques trucs et astuces du Roland M-VS1…

Lancer les démos sur le Roland M-VS1

Pour écouter les morceaux, utilisez la procédure suivante pour lancer la lecture:

  1. Appuyez sur la touche [Select] et maintenez la enfoncée et allumez le M-VS1.
  2. Utilisez les touches [VALUE] pour sélectionner un numéro de morceau.
  3. Appuyez sur [ENTER] pour commencer la lecture.
  4. Appuyez sur [EXIT] pour arrêter la lecture.
  5. Appuyez sur [EXIT] une nouvelle fois pour revenir au mode normal.

Patches utilisés dans les démos du M-VS1

La song N°1 (The Code, de Mitsuru Sakaue © 1995) est composée avec les patches suivants:
5, 29, 57, 62, 65, 67, 70, 96, 99, 103, 115, 133, 156, 161, 167, 186, 208, 234, 250

La song N°2 (Eyes, de Akihiro Kaseda © 1995) est composée avec les patches suivants:
19, 62, 63, 65, 73, 96, 110, 118, 190, 217, 252, 254

La song N°3 (The Tardis, de Adrian Scott © 1995) est composée avec les patches suivants:
1, 6, 30, 36, 38, 50, 57, 65, 68, 78, 85, 86, 89, 90, 96, 122, 126, 154, 160, 165, 186, 198, 202, 208, 210, 217, 245, 246, 248, 249, 251, 254

MacTalk Ce module sonore me fait penser, par le concept, au CM-32P Roland que j'ai eu ou au moins connu Akai SG01V qui reprend lui aussi des sons “Vintage” (256 memories) dans un format demi-rack (avec plus de paramètres accessibles en édition). Le M-VS1 est simple d'emploi et on pourrait être un peu frustré pas les limitations de l'édition, le nombre de sorties audio et l'afficheur purement numérique, contrairement au E-Mu Vintage Keys. Mais ce n'est pas le même budget ! Je ne vais pas me plaindre; ce qu'il fait (et ce pourquoi il est fait), il le fait très bien: reproduire des sons légendaires. Maintenant que j'ai le M-VS1 « Vintage Synth », le rôle du Roland S-330 se réduit à jouer des instruments purement acoustiques, des séquences sonores et autres bruitages.

/!\ Pour les “Sound Designer”, la programmation n'est possible qu'avec les « System Exclusive » (SysEx) : filtre, Cutoff, résonance, enveloppes, modulation (tout plein de paramètres)… Attention, les SysEx de la série JV ne sont compatibles que dans leur structure parce que les Waveforms de la série “Sound Expansion” ne sont pas aux mêmes adresses que sur les cartes SR-JV80. Toutefois, avant d'en venir à l'écriture de messages SysEx ou à l'utilisation d'un éditeur de synthé genre SoundDiver, vous pouvez peut-être tirer profit des messages NRPN ("Non Registred Parameter Number" dans la langue de Shakespeare ou "Numéro de Paramètre Non Référencé" dans celle de Molière). Les NRPN servent à modifier en temps réel des paramètres sonores particuliers à un instrument MIDI. Et pour le MVS1 (et la série JV, SC et RA) il y a 13 fonctions: "Vibrato Rate", "Vibrato Depth", "Vibrato Delay", "TVF Cutoff Frequency", "TVF Resonance", "TVF&TVA Envelope Attack Time", "TVF&TVA Envelope Decay Time", "TVF&TVA Envelope Release Time", "Rhythm Instrument Pitch Coarse", "Rhythm Instrument TVA Level", "Rhythm Instrument Panpot", "Rhythm Instrument Reverb Send Level", "Rhythm Instrument Chorus Send Level". Je vous laisse imaginer les possibilités interactives des huit premiers... Des claviers de commande ou des surfaces de contrôle récents savent très bien traîter les "NRPN".

Mellotron Les patches N°57 et 61 utilisant les chœurs Mellotron ne sont pas exactement mappés comme sur l'original. Ici, les notes sont toutes espacées d'un demi-ton tout au long du clavier de C2 à C7, alors que sur un "vrai" Mellotron M400, le clavier est splitté en deux parties de même hauteur. La première en G3-B4 (Sol3-Si4) et l'autre en C5-F6 (Do5-Fa6). Cette disposition permet de créer des modulations et dissonances particulières plaisantes à exécuter. Pour remédier à cette bévue, il faudrait programmer une Performance qui utilise le même canal et Patch sur deux Parts, les splitter ("key range lower" et "upper" uniquement accessible par SysEx!), les transposer…

Voir le document Roland M-VS1 Preset pdf (64 Ko)

Voir le M-Series TurboStart, guide de mise en route rapide pdf (68 Ko) EN

Mac talk Vous voulez écouter les démos du Roland M-VS1 ? Alors cliquez sur le bouton ci-dessous.


Voir le Owner's Manual du M-VS1 (Manuel utilisateur en langue anglaise) pdf (2,7 Mo) EN

Voir la procédure de tests et reset du M-VS1.


crayon Ce module fait partie de la série spécialisée SOUND EXPANSION utilisant les cartes d'extension SR-JV80. Cinq modules dédiés ont été ainsi créés:

Roland M Series

Le M-GS64 est estampillé SOUND EXPANSION alors qu'il n'a pas hérité des sons de la série JV mais du SC-88 « Super Sound Canvas ».


Présenté par Jenfi Home.
Copyright © 2001-2017 Jean-Philippe Mamosa.
Toutes les photographies, sons, programmes, marques déposées et les logos sont propriétés de leurs détenteurs respectifs.
Page modifiée il y a plus de 2 ans, un samedi à 15h50mn.