Jenfi Home-Studio

 

LEXICON MPX1

Multiple Processor Effects

LEXICON MPX1

La Lexicon MPX1 est considérée comme la remplaçante de la célèbre LXP15 sortit en 1991 (et LXP15 II en 1994), et tient plus techniquement de la PCM80, dixit SOS. Comme la PCM80, le MPX1 utilise une puce « Lexicon LexiChip 2 » pour le traitement de la réverbération et un DSP (Digital Signal Processor) pour les multi-effets. Mais son concept est tout à fait nouveau, et son système d'exploitation est, à bien des égards, plus simple que certaines anciennes machines Lexicon. Il se dit que Lexicon n'excelle pas dans la simplicité et l'intuitivité dans l'utilisation de ses produits, contrairement à TC Electronic… A l'inverse de nombreux multi-effets, le MPX1 dispose ainsi de puissance de traitement interne suffisante pour générer des réverbérations et des ambiances fidèles à la réputation Lexicon, accompagnées d'effets de pitch, de chorus, d'égalisation, de modulation et de retard (délais et échos). La MPX1 est le haut de gamme de la série MPX (Mutiple Processor fX). La famille MPX Lexicon se compose du MPX100 (« Entrée de gamme » remplacé par le MPX110), le MPX200, le MPX500 (remplacé par le MPX550), et le MPX1 (« Haut de la gamme »). Aujourd'hui (mai 2008), à l'heure ou j'ai acheté d'occasion le MPX1, il ne subsiste plus que celui-ci dans la série « MPX »  au catalogue Lexicon. Une nouvelle lignée de multi-effets orientés Home-Studio a vu le jour en 2005 avec pour préfixe commun « MX » : MX200, MX300, MX400.

Physiquement, la construction du MPX1 inspire confiance. Le rack est entièrement métallique, contraitement au MPX200. La manœuvre des potentiomètres et de l'apha-dial est douce — sans à-coup, autres flottements ou jeu — et indique ici le soin apporté dans le choix de ces composants. L'afficheur LED du numéro de programme en cours est suffisamment grand et lumineux pour un usage sur scène du MPX1. L'écran ACL de 2 lignes de 16 caractères fait rachitique comparé aux productions actuelles qui sont bien souvent graphiques, comme par exemple l'afficheur du MPX550. Néanmoins, les informations affichées sont suffisamment claires, même dans le cas d'utilisation d'abréviations ou noms courts. La connectique du panneau arrière est complète : entrées et sorties analogiques sur XLR et jack (TRS), entrées pour deux pédales de commande (expression et 3 interrupteurs), entrées et sorties numériques S/PDIF sur RCA (liaison cuivre), et le trio MIDI dont la particularité est d'avoir la "MIDI IN" en 7 broches sur 270° (compatible 5 broches sur 180°). Les deux broches supplémentaires servent à alimenter en 9 volts alternatif le pédalier MPX-R1, si on prend soin de brancher son adaptateur 9V sur l'entrée "REMOTE POWER IN" en face arrière du MPX1 (à gauche des prises MIDI).

Le MPX1 est organisé en 6 blocs d'effets, tous éditables, configurables indépendamment et utilisables simultanément. Ces six blocs d'effets sont activables en face avant par des boutons (cela me fait penser à l'organisation du Boss SX-700, sortit en fin 1996, lui aussi). Sa structure audio double mono permet d'affecter deux sources différentes sur deux effets indépendants simultanément. Pour un effet stéréo, les deux circuits audio sont mis en parallèle. Certaines combinaisons d'effets nécessitent plus de ressources que d'autres. Ainsi, un traitement stéréophonique pourra utiliser jusque quatre effets stéréo, en plus de la réverb (stéréo aussi). A cela s'ajoute une fonction “morphing” entre effets : glissement plus ou moins rapide entre deux réglages (un ou plusieurs paramètres) d'un même programme (fonction nommée "A/B Glide" par Lexicon). Chaque effet dispose de ses propres paramètres de mixage, de niveaux et de mise en service. Un bouton poussoir permet d'engager les réglages de chaque paramètre, pour permettre la création et la restructuration des effets. La bibliothèque de programmes du MPX1 exploite pleinement les caractéristiques de chaque type d'effet pour fournir des exemples bien faits de combinaisons : de véritables réverbérations stéréo haut de gamme Plate, Gate, Hall, Chamber et Ambience avec traitement indépendant des canaux gauche et droit, 56 effets de pitch, chorus, EQ, modulation et retards incluant des effets de haut-parleurs tournants, des doubleurs de voix, des effets de boucle ou d'ouverture automatique (ducker), des panoramiques automatiques, des flangers, phasers, wah wah, etc. L'ordre des effets dans chaque programme est totalement flexible, ce que ne fait pas le SX-700. Une page de routing permet de distribuer les six effets à travers deux circuits stéréo parallèles, pouvant être mélangés ou séparés en plusieurs points. Le MPX 1 est totalement configurable sur l'ordre et le routage des effets de chaque programme. L'ordre et le routage des six blocs effet est totalement indépendant dans chaque programme. Les algorithmes ne sont pas figés comme sur la plupart des multi-effets. Si dans un programme il y a un Chorus suivit d'une Reverb, et bien je peux décider qu'il soit dans l'ordre inverse : la Reverb suivit du Chorus. Les effets peuvent être placés dans n'importe quel ordre, tout simplement par une sorte de "glisser-déposer" sur l'afficheur ACL. De plus, le routage permet de distribuer les six blocs d'effet sur deux voies parallèles en stéréo qui peuvent être scindés (split) et fusionnés (merge) en de multiples points. La carte du routage affiché sur le LCD présente alors graphiquement les connexions entre les effets via des “cordons” symbolisant les liaisons. Le nombre de configuration de routage (Routing Map) qu'on peut réaliser est énorme, quasiment infini. Pour permettre la création de programmes modifiables dynamiquement, le MPX1 dispose également d'un système de patch procurant 150 contrôleurs chargeables à chaque paramètre incluant 2 LFO, 2 ADR, 2 suiveurs d'enveloppes, un arpégiateur, un générateur aléatoire, une rampe A/B, un tempo et un générateur Sample & Hold. 5 patchs par programmes et 10 patchs globaux permettent de créer des programmes vivants et dynamiques. A noter que le retard maximum est de 2 secondes (2000 ms), ce qui est court tout de même comparé aux 5,5 secondes du MPX200. Sur le MPX1 “24 Bit”, le retard maximum passe à 5,5 secondes dans les spécifications du contructeur.

Le MPX-1 intègre un limiteur analogique appelé "Soft Sat". Si la source en entrée du MPX-1 a un niveau très élevé, ce circuit réduira les risques de saturation des convertisseurs A/D. Pour mettre ce limiteur en service, pressez la touche [System], sélectionnez le menu "Audio", puis choisissez l'élément "Soft Sat" pour le mettre en ou hors service (On ou Off). Mais son efficacité est toute relative. Et le procédé est mieux optimisé sur le MPX200 qui est plus récent (compresseur débrayable). Le REV2496 Behringer bénificie d'un limiteur efficace (non débrayable).

Pour accéder aux 250 programmes (200 presets, 50 patches utilisateur) dans la mémoire du MPX1, un système de base de données (DataBase) a été mis en œuvre afin trouver plus facilement les programmes. Ainsi, on peut effectuer une recherche classiquement par numéro de programme, par nom de programme (moins commun), par type de source (guitare, voix, batterie, clavier, guitare, FX...), ou par type d'effet (Pitch, Chorus, EQ, Mod, Delay, Réverb). Pour changer l'ordre d'affichage (en tournant la molette), il faut être en mode "Program" et appuyer sur la touche [Options] afin que son voyant clignote. On change ensuite l'ordre de tri avec la molette, et on valide son choix en appuyant de nouveau sur la touche [Options]. En mode "Program", la molette sélectionne les programmes (par incrément ou décrément de un), et les touches [<] et [>] effectuent un changement de programme par saut de 10 (en plus ou en moins).

En mode "Program", si on presse la touche [Value], on obtient l'affichage d'un des paramètres du programme courant. Lorsque [Value] est allumée, la molette autorise le changement de la valeur du paramètre clignotant affiché sur la ligne du haut. La ligne du bas affiche le nom du programme et des chevrons ("<" et/ou ">") pour indiquer la présence d'autres paramètes à gauche et/ou à droite. Le changement de paramètre se fait alors via les touches [<] et [>]. Lexicon appelle ce niveau de programmation « Soft Row » ou « Soft Parameter », et il permet la modification des paramètres courants. Ce premier niveau de modification est personnalisable, c'est à dire qu'on peut y assigner les paramètres que l'on souhaite. Le mode de programmation approfondi (deuxième niveau) s'effectue en pressant la touche [Edit] et donne accès à tous les paramètres du programme en cours (Routing Map, Effect Order, Knob, LFO1, LFO2, Arp, ADR1, ADR2, S/H, Env1…), y compris ceux du "Soft Row". Il est à noter qu'il n'y a pas de touche “Compare” physiquement sur le MPX1. Celle-ci est remplacée par une fonction accessible uniquement en mode "Edit"… Lorsqu'un programme est modifié, son nom est précédé d'un point (.). Il en est de même pour un paramètre modifié. Un dièse (#) aurait été plus visible, puisque l'étoile (*) est déjà utilisée pour indiquer un programme affiché non chargé ou en cours de chargement. De plus, la touche [Store] ne clignote même pas !… 

L'implémentation MIDI du MPX1 est très complète, et tous les paramètres d'effet sont modifiables via les CC MIDI. Il y a une fonction de transfert (Dump) des données MIDI relatives au programme en cours (Current Pgm), à tous les programmes (All Programs), aux tables de réaffectation 1 à 3 (Map 1-3), et aux configurations 1 à 5 (Setup 1-5). Le paramètre "Ctl Smooth" est un filtre intelligent qui remplit une fonction de lissage des données MIDI entrantes. Cela sert à lisser l'interpolation de données MIDI éparses en provenance du système de commande. Quand sa valeur est basse, la réponse du filtre se ralentit pour tous les changement de valeur de systèmes de commande à la fois, qu'il soient important ou faibles. Ce paramètre réglé à 100, le filtre n'a pratiquement aucune action. A des valeurs inférieures, le filtre devient plus lent dans sa réaction à des petites variations de valeurs issues de système de commande MIDI, tout en maintenant une réponse rapide aux changements importants de valeurs. Le MPX1 intègre un arpégiateur MIDI. Son utilisation requiert le branchement d'un clavier de commande (séquenceur, etc.) sur sa MIDI IN, et d'un module sonore (synthétiseur ou expandeur) sur sa MIDI OUT. On peut connecter une source d'horloge ou modifer les paramètres afin de régler la vitesse de l'arpégiation, définir l'ordre des notes qui seront jouées… En jouant deux notes ou plus sur le clavier MIDI j'entends celles-ci arpégées via mon générateur sonore.

Le MPX 1 est le premier processeur d'effets à offrir le célèbre effet « Ambience » Lexicon. Celui-ci n'était disponible que sur les processeurs dédiés réverbération : PCM90, Model 300 et 480L (cf. la brochure du MPX1 éditée par Lexicon en 1996). La réverbération « Ambience » est une “reverb sèche” qui permet de simuler les premières réflexions dans des petites pièces jusqu'à des très grandes, sans avoir une longue décroissance de la queue de la réverbération. Cet effet est extrêmement crédible et il est intéressant de l'appliquer sur la voix et les dialogues ou des instruments acoustiques, par exemple.

La MPX1 est ou a été utilisé par Angel Studio (Paris), Popcorn Lab Studio (Paris), Studios Rive Gauche (Paris), SMOM Studios (Paris), Studio Belleville (Paris), Studio Sam.K (Maisons-Alfort, France), VDH Recordings (Marne la Vallée, France), Cactus Studio (Marseille, France), Bakélite Studio (Montpellier, France), Ouï-Dire Studio (Limoges, France), Second Side Studio & Mastering (Chavelot, France), Recoa Studios (Pontecagnano, Italie), Firefly Studios (Devon, UK), Chaotic Sound Productions (Ottawa, Ontario USA), The Woodshed Recording Studio (Somerset, Kentucky, USA), Roger Nichols, Klodian Qafoku, George Shilling, Paul White...


Caractéristiques techniques

Date de commercialisationDécembre 1996
Présentationrack 1U
AlimentationInterne,
interrupteur face avant
Fréquence d'échantillonnage44,1 kHz
RésolutionDSP 32 bits,
A/D 18 bits, D/A 20 bits(*)
Nombre d'algorithmes56
Types d'algorithmeChamber, Hall, Plate, Gate, Ambience, Reverse, Tremolo, Rotary, Chorus, Flange, Pitch, Délai 2000 ms et Echo
Patches (presets/programmables)200/50
Afficheur2 crête-mètre LED à 6 niveaux,
3 caractères numérique LED,
LCD alphanumérique de
2 lignes de 16 caractères
Nombre de potentiomètres2 (Input et Output)
Nombre d'alpha-dial1 (Value)
Nombre de boutons poussoir/interrupteur19
Entrées analogique2 Jacks TRS ¼" et 2 XLR
(mono asymétrique ou stéréo détection symétrique)
Sorties analogique2 Jacks TRS ¼" et 2 XLR
(mono asymétrique ou stéréo détection symétrique)
Entrées numériqueRCA (S/PDIF)
Sorties numériqueRCA (S/PDIF)
MIDIIN, OUT, THRU
Stockage externeSysEx
OptionsContrôleur au pied MPX-R1,
Pédale d'expression (de 10kΩ à 100kΩ),
Pédale Switch (Lexicon DFS)
CompatibilitéSysEx MPX1

Autres caractéristiques techniques

Lexicon a décliné le MPX1 en une version pour guitaristes sous la référence MPX G2. Ce MPX-G2 a en plus une entrée jack (mono) en face avant, une section Preamp, 20 effets de plus que le MPX1, et des convertisseurs A/D et D/A en 24 bits.

Pour les guitaristes ou clavieristes qui ont les mains très occupées, Lexicon a conçu le pédalier MPX R1 qui permet de commander le MPX1 — ou le MPX G2 — en reprenant une grande partie des boutons de sa façade et en y ajoutant une pédale d'expression assignable à n'importe lequel des contrôleurs continus MIDI.


Les convertisseurs A/D et D/A du MPX1 :

Pour la première génération de MPX1, les convertisseurs numériques sont en 18 bits dans le sens analogique vers numérique (A/D), et en 20 bits de numérique à analogique (D/A). Une seconde mouture du MPX1 produite par Lexicon a tous ses convertisseurs en 24 bits. Malheureusement, il n'y a aucun signe distinctif du genre "V2", "MkII", "R2" permettant de connaître la quantification utilisée dans un MPX1. Cependant, Lexicon a écrit sur son site WEB dans la FAQ du MPX1, que pour les numéros de série à partir de V0900-24196 les convertisseurs sont bien en 24 bits.
C'est un peu léger comme nuance… 

A noter que la première et la seconde génération du MPX1 effectuent tous deux les calculs internes sur 32 bits.


Quelques trucs et astuces du MPX1…

Voir le document Lexicon MPX1 Info Sheet (parut en 2001) pdf (168 Ko) EN

Voir le document Lexicon MPX1 Preset pdf (1,1 Mo) EN

Voir le Owner's Manual du MPX1 (Manuel utilisateur en langue anglaise) pdf (27,6 Mo) EN

MacTalk Le Manuel utilisateur en français peut être obtenu chez SCV AUDIO qui est le distributeur France de Lexicon depuis de nombreuses années.

Voir la procédure de tests et reset du MPX1.



MacTalk Bien que quelque peu surpris et déçu par le "Buzz" mécanique de la Lexicon MPX200, mais charmé par ses effets, j'ai décidé de la remplacer par une MPX1 dont les qualités sont unanimement reconnues. De plus, je suis devenu allergique aux afficheurs composés uniquement de chiffres LED... L'affichage en "clair" sur un écran ACL augmente le confort lorsque j'ai besoin de modifier un ou plusieurs paramètres. Les réverbes sonnent bien Lexicon, plus “demonstratives” mais aussi souvent plus denses et parfois moins naturelles que celles de la Behringer REV2496. Étonnant, non ?… Pour les réverbs, ces deux multi-effets se complètent à merveilles. Quant aux modulations du MPX1, elle sont aussi colorées et typées que Roland-Boss…
Même si le MPX1 demande un peu de temps pour tout comprendre et qu'il est moins accessible que le MPX200, le SX-700 ou le REV2496, l'effort vaut le coup : les paramètres sont efficaces, nombreux et sans superflu, et la personnalisation devient passionnante.



sheckmark Pour l'écho, vous pouvez tout essayer. Mais le mieux, c'est lorsque celui-ci est dans le rythme. Le MPX1 fait cela très bien. Les délais référencés sur le tempo, les LFO 1 et 2 ou l'arpégiateur peuvent se synchroniser sur un tempo défini (Tap Tempo) ou sur une horloge MIDI. Le tempo peut être entré manuellement en frappant deux fois en rythme la touche TAP, ou en ajustant la valeur du paramètre RATE lorsque la source du tempo est réglé sur INTERNAL. Si la source du tempo est réglée sur MIDI CLOCK, le MPX1 se synchronisera sur l'horloge MIDI entrante. Que le tempo soit réglé en interne ou en externe, le voyant TEMPO de la face avant clignotera en rythme sur le battement (de 41 à 400 BPM).

Tempo en BPM
battements par minute
120125130135140145150155160165...
Delay time
à la noire
500480461444428413400387375363...

MacTalk Je suis sympa avec vous : cliquez sur le bouton ci-dessous pour avoir accès au calculateur de Delay suivant le tempo de votre musique !

L'algorithme "Looper" en conjonction avec la touche [A/B] permet de mémoriser une boucle de 2 secondes (cf. le programme N° 74 et 160). Ce qui est limite pour faire du Frippertronic. Mais ça marche sans Revox !


Le Morphing

L'idée de faire du Morphing entre deux effets (transformation par déformation réversible d'une image vers une autre…) n'est pas un concept nouveau. Il n'a pu être mis en oeuvre que lorsque les processeurs ont eu la puissance nécessaire pour le faire. Ainsi, en 1993 Lexicon a proposé un appareil capable de cette prouesse: le Vortex. Le processus a été baptisé « Audio Morphing™ » par Lexicon. Il permettait des changements de paramètres en temps réel. L'évolution dynamique pouvait être subtile ou brutale. Après paramétrage des variables à modifier, le déclenchement du Morphing s'effectuait (déjà) en appuyant sur un simple bouton baptisé "MORPH A/B". Le temps de passage d'un effet à l'autre était réglable de 0,1 à 10 secondes. Le Vortex avait 32 preset et 32 user; une rigolade… La réponse de TC Electronic s'est faite en 1996 avec le M2000 et son « Dynamic Morphing™ » et « Patch Glide ». Le M2000 était aussi là pour concurrencer le PCM80, en y apportant le Morphing; et bien d'autres choses encore…
Le MPX1 hérite donc de la fonction Morphing de son aîné avec le fameux bouton "[A/B]", et un paramètre de définition du temps de passage de l'un à l'autre assez tordu: 0 est un temps long et 100 court. Un affichage logique, voire en secondes, aurait été plus pratique.



Présenté par Jenfi Home.
Copyright © 2001-2017 Jean-Philippe Mamosa.
Toutes les photographies, sons, programmes, marques déposées et les logos sont propriétés de leurs détenteurs respectifs.
Page modifiée il y a plus de 1 an, un lundi à 22h23mn.