Jenfi Home-Studio

 

KORG M1R-ex

AI Synthesis

KORG M1R-ex

Le M1Rex a des sons très propres (16 bits oblige...) Il est polyvalent : PIANO, BASS, GUITAR, BRASS, STRINGS, ORGAN, SYNTH.PAD, DIGITAL, CHOIR, EFFECT, DRUMS. Il fait des très beaux sons digitaux. Des programmes sont des classiques comme "One World", "Tchu Wave", "Ooh/Ahh", "Universe", "Waterphone", etc. La section d'effets est de très bonne qualité. Ses deux processeurs sont configurables en série ou en parallèle uniquement sur les sorties 1/L et 2/R ; les sorties 3 et 4 restent "dry". Il faut se méfier des programmes dans lesquels la section d'effets joue un rôle très important sur le timbre final. En effet, si je souhaite utiliser un tel PROG dans une COMBI, je dénature les autres programmes, ou inversement, mon programme avec son effet bien travaillé perdra de sa qualité en lui appliquant un autre effet dans une combinaison multitimbrale (multi-parties). Le M1R a été utilisé par 808State, Banco De Gaia, Ken Ishii, Depeche Mode, Bomb The Bass, Robert Miles...

Constituant la majeur partie des instruments électroniques actuels, la lecture d'échantillons est un moyen facile de fabriquer des synthétiseurs à synthèse soustractive. En effet, plutôt que de fabriquer des formes d'ondes originales et évolutives, on s'est dit qu'il était intéressant de stocker une multitude d'échantillons sonores et de s'en servir de base pour créer des timbres complexes. Cette technique a rendu très réalistes les instruments basés sur ce principe. A cause du caractère reconnaissable d'un certain nombre d'échantillons, il est parfois difficile de créer des sons radicalement nouveaux. Elle n'est pas a proprement parler une véritable synthèse.

Le principe de la synthèse soustractive consiste à filtrer des signaux riches en harmoniques. Simple à mettre en oeuvre et économique, la synthèse soustractive s'est naturellement imposée sur les premiers synthétiseurs, dès les années soixantes. La synthèse soustractive peut prendre une autre source que le classique oscillateur délivrant des formes d'ondes périodiques simples, que celui-ci soit analogique ou numérique. A partir de la fin des années quatre-vingts, nombre de synthétiseurs soustractifs ont utilisé des échantillons numériques comme source de synthèse. Il peut s'agir d'échantillons d'instruments acoustiques ou électriques, pris séparément (piano, basse, orgue...) ou enregistrés ensembles (section de cuivres, de cordes...), mais également de voix ou de bruits divers. L'efficacité d'un filtre est fonction de sa pente, encore appelée "rolloff" ou "slope", exprimée en décibels par octave (dB/octave) ou en pôle. Le terme "pôle" fait référence au schéma typique d'un filtre ayant une pente de 6 dB/octave. Ainsi, on trouve des filtres 1 pôle, 2 pôles (12 dB/octave), 3 pôles (18 dB/octave) et 4 pôles (24 dB/octave). Additionner les pôles revient à placer des filtres identiques en série. On attribut à Robert Moog l'idée de mettre en série quatre filtres passe-bas, schéma désigné sous le terme de cascade de Moog. Sur un synthétiseur soustractif, deux paramètres principaux permettent d'ajuster l'effet de filtrage : la fréquence de coupure qui est la fréquence à partir de laquelle le filtre va entrer en action, et la résonance (disponible sur certains instruments), qui permet de faire entrer le filtre en auto-oscillation. Celui-ci se comporte alors comme un oscillateur. Il est également possible de modifier l'évolution temporelle de l'effet en adjoignant au filtre une enveloppe d'amplitude.



Caractéristiques techniques

Date de commercialisationJuillet 1989
Type de synthèseSoustractive, échantillons AI
Résolution16 bits
Mémoire8 Mo, 275 formes d'ondes avec ROM EX (dont 85 DrumSound)
ClavierN/A
Expression MIDIVélocité, After Touch, Breath Control
Programmes, Timbres, Singles, Voices (presets/progr.)100 prog. (+100 sur carte EX)
Combis, Patches, Performances, Multi (presets/progr.)100 prog., (+100 sur carte EX)
Afficheur2 lignes de 40 caractères LCD
Polyphonie16 voix
Nombre d'oscillateurs/générateurs16 générateurs
Multitimbral8 voies
Sons de batterieOui (4 kits possibles)
Effets2 multi-effets (33 algorithmes)
Séquenceur8 pistes, 10 songs, 100 patterns, 4400 pas
Stockage externeCartes RAM MCR03, SysEx
MIDIIN, OUT, THRU
Sorties audioStéréo avec effets + 2 stéréo sans
OptionsCartes RAM et ROM KORG, VALHALA, VOICE CHRYSTAL, etc. ROM expansion kit EXK-M1 (installée)
CompatibilitéSysEx M1, programmes série T (pour les multisounds communs)

La version "ex" du M1/M1R correspond à l'extension de la ROM (Multisound) ainsi que l'ajout d'une "memory card" (référence MPC-OEX Korg) pour porter le nombre de programmes et combis de 100 à 200.

Il y a un port pour accueillir un carte mémoire ROM pour ajouter des nouvelles formes d'ondes PCM, et un port pour recevoir un carte mémoire RAM pour y écrire vos programmes (et combi) personnels et aussi en augmenter le nombre disponibles simultanément. La référence Korg de la carte mémoire est MCR-03, faite pour toute une série d'instruments.

Vous pouvez vous procurer des cartes mémoires PCM ou Programmes, des sons, manuels, etc. chez Kinnetic, le spécialiste Korg M1, M1R, M3R, T1, T2, T3, and M1 Plus 1 ! EN

Mac talk Vous voulez écouter les démos du Korg M1/M1R ? Alors cliquez sur le bouton ci-dessous.


Voir le document Korg M1ex M1Rex Preset pdf (76 Ko)

Voir le Manuel utilisateur du Korg M1 pdf (6,4 Mo) FR

Voir le Owner Manual du Korg M1R pdf (6,3 Mo) EN

Voir la procédure de tests et reset du M1R.


Présenté par Jenfi Home.
Copyright © 2001-2017 Jean-Philippe Mamosa.
Toutes les photographies, sons, programmes, marques déposées et les logos sont propriétés de leurs détenteurs respectifs.
Page modifiée il y a plus de 1 an, un lundi à 22h24mn.