Jenfi Home-Studio

 

KAWAI K5000R

Advanced Additive Synthesizer

KAWAI K5000R

Après avoir revendu le Kawai K5m, je n'ai pas réussi à retrouver certains sons si typiques de la synthèse additive, même avec le Yamaha FS1R qui est capable d'en faire. Les synthétiseurs faisant de la synthèse additive ça ne court pas les rues. A part la série Kawai K5000 (K5000W : workstation, K5000S : synthetiseur boutonneux, et K5000R : un K5000S en rack) et quelques plugins pour lesquels j'ai une certaine allergie, le choix est restreint. Manquant cruellement de place pour la version clavier du K5000, mon choix s'est porté sur le Kawai K5000R. C'est la version sans clavier et sans boutons “Real-Time” du K5000S.

La série Kawai K5000 est une sacrée évolution du fameux K5, unique par son approche de la synthèse harmonique additive. Le K5000R est un synthétiseur numérique qui combine synthèse additive et lecture d'ondes PCM échantillonnés (synthèse soustractive), tout comme le K5000W et le K5000S. Le générateur de son du K5000R est composé de 32 générateurs, qui suivant le nombre de Sources (partiels) programmées dans un Patch "Single", peuvent produire 32 voix de polyphonie. Des échantillons PCM peuvent également être mixés avec les sources additives. Pour faire un son "Simple" (Single), on peut utiliser de 1 à 6 sources. Attention à la chute de la polyphonie !… (32 / 6 5 voix). Chaque source peut utiliser un groupe de 64 harmoniques. Il y a deux groupes d'harmoniques : "Low harmonics" et "Hi harmonics". Ce groupe d'harmoniques permet de définir si ce sont les 64 premières harmoniques (1 à 64 en commençant par la fondamentale), ou les 64 suivantes (65 à 128) qui seront utilisés. Le groupe d'harmoniques hauts (Hi harmonics) génère un son semblable à celui d'un intrument de percussion métallique. On pourra par exemple superposer une onde PCM de marteau de piano sur le son de la corde de piano créé par la synthèse additive (addition d'harmoniques) — pour créer l'attaque de la note, façon synthèse “LA” du Roland D-50. Le filtre de Formant 128 bandes est une fonction supplémentaire du générateur de son "Additif". Il peut être utilisé comme équaliseur paramétrique ou pour créer des effets additifs supplémentaires. Le filtre de Formant est entièrement contrôlable pas des enveloppes, des LFO ou d'autres source de modulation.

Lorsqu'on programme une source dans un Patch Single, on choisit de quelle type sera le DCO (Digital Controlled Oscillator) : ADD (additive) ou PCM (lecture d'échantillon). Lorsque cette source est ADD, on gère son groupe d'harmoniques ainsi que son niveau DHL (Digital Harmonic Level), son enveloppe DHE (Digital Harmonic Envelope), et son filtre de formant DHF (Digital Harmonic Formant) suivit par son enveloppe DFE (Digital Formant Envelope) — qui peut boucler pendant le sustain du son. Il y a deux modes de programmation ADD : Normal et Morf. Chaque source additive utilise l'un ou l'autre. La différence principale est la manière dont sont utilisées les enveloppes des harmoniques. Pour cette raison, si on programme en mode MORF, les paramètres DHE sont remplacés par des nouveaux réglages MORF. Les autres sections ne sont pas affectées. Les ondes PCM sont des échantillons d'instruments acoustiques ou électroniques. Elles sont classées en 9 groupes : Inst Noise Attack, Inst Noise Looped, Inst Attack, Analog Attack, Analog Loop, Cyclic Loop, Percus Attack, S.E Loop, Omnibus Loop. Ces échantillons ne permettent pas de reproduire ou recréer le timbre d'instruments acoustiques criant de vérité. Ce sont plutôt des sons servant de base pour en faire tout autre chose… La source, qu'elle soit ADD ou PCM, passe dans l'enveloppe à 3 segments du DCO qui modifie la hauteur du son dans le temps. Après vient le module DCF : filtre (24dB/octave) passe-haut ou passe-bas avec résonance, suivi de clavier et enveloppe à 5 segments. Le signal arrive après dans le module DCA qui règle le volume du son. Il est piloté par une enveloppe (4 segments) qui façonne les caractéristiques transitoires du son. Toutes les enveloppes sont modulables par un contrôleur MIDI : Velocité, Aftertouch, Bender, Pédale d'expression (CC#11), etc. Le LFO peut être appliqué au DCO, DCF et DCA pour donner les effets de vibrato et de trémolo. Les formes d'onde du LFO sont classiques : SIN (sinusoïdal), TRI (triangle), SAW (dent de scie), SQR (carré), RND (aléatoire).

En programmation d'une Source ADD (additive), la page d'écran "Harmonic Envelope Multiview" montre des segments individuels de l'enveloppe harmonique, pour toutes les harmoniques, morceau par morceau. Le pourcentage est indiqué sur la gauche, et le niveau sur la droite. Les harmoniques sélectionnés pour l'édition sont indiqués par les points et par les flèches sous les graphiques. Chacun des 64 harmoniques possède sa propre enveloppe qui s'édite par la page écran "Harmonic Envelope View". On peut copier des ensembles de réglages des enveloppes des harmoniques d'un patch vers celui en cours d'édition. Comme les paramètres d'une enveloppe d'harmonique sont nombreux, cela permet de créer ou modifier plus rapidement un patch.

Le K5000 dispose d'une fonction Morphing. Elle permet de créer de nouvelles formes harmoniques par transition entre quatre réglages Harmonique différents. Pour faire ça, il faut copier quatres sources venant des Patches enregistrés dans le K5000R. Le temps de transition ainsi que le niveau d'harmonique et le gain sont réglables. La transition peut être sans bouclage "One Shoot" ou en boucle "Loop". Cela crée des sons en mouvement comme ceux produits par les synthétiseurs à tables d'ondes tel le Korg Wavestation ou l'Ensoniq VFX, mais avec une couleur différente.

La modulation matricielle est bien sûr implémentée. Elle donne de l'expressivité au Single par l'intermédiaire des contrôleurs continus. Les sources de modulation sont les suivantes : Modulation Wheel, Pitch Bend, Channel Pressure, Expression Pedal (CC#11), Volume (CC#7), Panpot (CC#10), MIDI General Controllers 1~8, les huit contrôleurs d'usage général (CC#16 à 19 et 80 à 83). Les destinations de modulation sont les suivantes : Pitch, Cutoff, Level, Vibrato Depth, Growl Depth, Tremolo Depth, LFO Speed, Attack Time, Decay Time, Release Time, Velocity Offset, Resonance, Panpot, Formant Filter Bias, Formant Filter Env/LFO Depth, Formant Filter Env/LFO Speed, Harmonics Lo, Harmonics Hi, Harmonics Even, Harmonics Odd. Il n'y a que 6 sources de modulation de programmable dans un single.

Le K5000R possède un arpégiateur programmable. Celui-ci offre une large palette d'options pour mélanger des présélections avec mon jeu. Les notes de l'arpégiateur sortent par la MIDI OUT, et peuvent ainsi être jouées par un autre instrument. En faisant quelques réglages "Arpeggiator" dans le menu SYSTEM, et après l'avoir activé en appuyant sur le bouton [ARPEGGIATOR] qui s'allume en rouge, un accord plaqué fera jouer les notes en arpèges. Je peux relâcher les touches et les notes continueront à jouer. Je peux jouer une mélodie par dessus les arpères qui "tournent". L'horloge de l'arpégiateur peut être l'horloge interne du K5000R ou bien une horloge MIDI externe (MIDI Clock). Le mode "PATTERN" sélectionne un des 10 presets d'arpèges préconfigurés : UP, UP/DOWN1, UP/DOWN2, DOWN, KEY.ORDER, RANDOM, CHD TRIG, CHD GATE, SEQ.PTN1, SEQ.PTN2. "UP", "DOWN" et "RANDOM" sont compréhensibles. "UP/DOWN" répète les notes haute et basse. "KEY.ORDER" rejoue les notes dans l'ordre dans lequel elles ont été jouées. "CHD TRIG" (chord trigger) joue toutes les notes comme un accord en rythme sur le tempo défini dans l'arpégiateur. "CHD GATE" est semblable à "CHD TRIG". "SEQ.PTN1" et "SEQ.PTN2" sont des patterns pseudo-aléatoires. "SEQ.PTN1" est monophonique et "SEQ.PTN2" est polyphonique. Cet arpégiateur est programmable sur 32 pas maximum, avec 8 mémoires Utilisateur. On a la possibilité d'organiser les notes comme on veut. Ce qui donne le moyen de préprogrammer un motif de séquence, et de le contrôler ensuite depuis le clavier lors de l'exécution d'un morceau. L'arpégiateur n'existe pas sur le K5000W, qui lui a par contre un séquenceur 40 pistes, 40.000 notes à une résolution de 96 PPQN, et 32 canaux MIDI.

La section d'effet contient 4 blocs d'effets (E1, E2, E3 et E4) arrangeables en 4 algorithmes (routing) des entrées et sorties des blocs d'effets. Un des 37 effets (Chorus, Delay, Rotary, Distortion, Auto-Wha, etc.) est assignable à un des quatre blocs d'effets. Suivant le routage, la sortie des blocs est soit dirigée vers l'entrée d'un autre, soit en sommation dans l'entrée de la Reverb qui est suivie d'un équaliseur graphique 7 bandes (100, 200, 450, 1000, 2000, 4000, 8000 Hz). En mode "Single", l'intégralité du module d'effet est disponible pour le son. En mode "Multi", les réglages d'effet des Patch "Single" sont ignorés. Ce sont les réglages d'effet des Patch "Multi" qui sont utilisés à la place. Il y a quatre canaux d'entrée dans les algorithmes d'effet. En mode "Single", la gauche du synoptique à l'écran montre la grillle d'assignation des sources qui contrôlent le routage de chaque source vers les entrées de blocks d'effets. Dans le mode "Multi", l'assignation de chaque section "Single" aux quatres canaux d'entrée est contrôlée par la fonction "Effect Path" du menu SECTION. C'est par la section d'effets que je peux assigner la sortie individuelle. Dans le cas des algorithmes 1 et 4, le canal 4 va directement à la sortie INDIV sans passer par un bloc d'effet. Dans les autres algorithmes, le canal 4 passe par le bloc "E4".

Le K5000R contient deux banques de sons "Single" (A et D). Pour passer d'un banque à l'autre il faut appuyer sur le bouton [SINGLE]. Il y a 128 Patch par banque, mais ça peut être moins car la mémoire de Patch peut être consommée par des programmes (Single) complexes utilisant beaucoup de Sources. Il peut arriver qu'en remplissant la banque A ou D avec des Singles, on arrive à 60 ou 70 programmes sans pouvoir en mettre plus. Sur l'afficheur s'incrit alors "ERROR 11 | MEMORY FULL". Une extension de la mémoire par deux banques (E et F) est possible par l'ajout d'un module électronique — carte d'extension à monter à l'intérieur de l'expandeur (ou du synthé), comme une carte fille. Malheureusement l'extension Kawai ME-1 est devenue introuvable, sauf en "clone"… Toutefois, les programmes peuvent être sauvegardés sur disquette… en format propriétaire Kawai. La possibilité d'enregistrer en format "System Exclusive" (SysEx) aurait été bienvenue, histoire de pouvoir les reprendre directement dans un bibliothécaire MIDI… Les singles, multis et arppegios peuvent être exportés par le menu "SYSTEM | DUMP". Les programmes "Multi" sont des combinaisons d'au plus quatre patches "Single". Ils peuvent être organisés en couches (Layer), partage de clavier (Split), limite de vélocité (Velocity Switch), partage de canaux (Channel Split), ou autres combinaisons. Le K5000R a 64 emplacements mémoire pour enregistrer les "Multi" utilisateur.

En plus de la classique sortie audio stéréo "MAIN", le K5000R a une paire stéréo supplémentaire "INDIV". C'est pratique pour isoler un son du mix général. Cette face arrière arbore également le classique trio MIDI, c'est tout. En plein milieu de la face avant de 2U en alu anodisé trône un grand afficheur graphique de 240 x 64 pixels rétroéclairé en bleu. A sa gauche se trouve un lecteur de disquette 3 pouces et demi. Ce dernier sert à sauvegarder ou lire des programmes "Single" et "Multi" — ainsi que des banques entières — et les 8 motifs (Pattern) utilisateur de l'arpégiateur. Il permet aussi de mettre à jour le firmware (Operating system) du K5000R. Sous ce lecteur se trouve deux boutons pour régler indépendamment le volume des sorties MAIN et INDIV. Sous ces boutons se trouve la très classique prise casque "PHONE" en jack 6,35 TRS. A droite de cette prise sont situées huit touches qui contrôlent les paramètres de la totalité du K5000R : [EDIT], [SYSTEM], [DISK], [WRITE], [PORTA], [ARPEGGIO], et [SECTION] qui permettent de passer d'une "Part" à l'autre en mode "Multi". Sous l'afficheur se trouvent huit touches de fonction (de [F1] à [F8]). Elles sont assignées sur l'écran suivant le contexte du menu. De part et d'autre de l'écran sont répartis d'autres touches "soft" pour accéder à différents paramètres en fonction de ce qui est affiché ([L1] à [L4] à gauche, [R1] à [R4] à droite). Sur la partie droite se trouve un gros bouton "VALUE DIAL", les touches de sélection [SINGLE] et [MULTI] ainsi qu'un clavier numérique (de [0] à [9], [HOLD] et [ENTER]), et enfin le bouton "ON/OFF". Le K5000R est pratiquement aussi boutonneux que le Roland JV-1080.

Le Kawai K5000R est un “petit imitateur”. Il sait faire des SynthBass (Moogy) et autres Leads analos avec portamento, des orgues électriques (B3), des pianos électriques (Wurlder et Fendly), et String Pad. Mais ne cherchez pas un grand piano, une guitare acoustique ou autre saxo plus vrais que nature. Sa vraie personnalité est ailleurs. Tout comme l'Audity 2000 et sa synthèse Z-Plane, l'Ensoniq VFX avec ses Transwaves, ou le Korg Wavestation SR et ses tables d'ondes, l'expandeur K5000R est une machine à « inventer des sons ». Elle donne la part belle aux nappes, sons célestes, textures éthérés ou étranges, bruits électriques ou métalliques et autres effets spéciaux. A croire qu'il a été conçu pour ça. C'est que je préfère dans ce synthé. Le ton est tout de suite donné avec le premier Single "A001 Runner" de la version 3.X ou "A001 PowerK5K" de la version 4.X : ça sonne bien différent des autres types de synthèses. Les styles musicaux couverts par ce module expandeur sont bien évidemment Electronica en passant par le Trip-Hop et la Techno/Dance (grâce au Groove de l'arpégiateur), jusqu'à l'Ambient. Le spectre sonore est équilibré, mais les aigus cristallins sont moins chatoyants que sur le kawai K5m. Le K5000 a été utilisée par Dave Bellingham, Jonathan Block, Christopher Boucher, Stefan Harisim, Peter Gorges, Arthur Green, Jens Groh, Phillip Keddie, Sylvain Kepler, Kraftwerk, Hans Nicander, Damien Olsen, Barry Rudolph, Stoffel, Peter Van Egdom, Greg Waltzer...

C'est en 1812 que le physicien Jean-Baptiste Joseph Fourier mit à jour les bases de la composition d'un son (le théorème de Fourier) :
"Tout mouvement périodique complexe se décompose en une somme de mouvements périodiques simples (sinusoïdes) appelés harmoniques, et dont les fréquences sont des multiples entiers de la fréquence la plus basse (la plus grave), appelée fondamentale".
Les valeurs de ces multiples s'expriment en rangs harmoniques. Par exemple, pour une fondamentale à 440 Hz, la fréquence de l'harmonique de rang 2 est égale à 880 Hz (440 x 2), celle de l'harmonique de rang 3 est de 1 320 Hz (440 x 3) celle de l'harmonique de rang 4 est de 1760 Hz(440x4) etc. Si la synthèse additive est la synthèse la plus simple du point de vue théorique, elle est en revanche une des plus complexes à mettre en pratique de par sa définition : pour créer un son par synthèse additive, il suffit d'ajouter les harmoniques souhaités à une fréquence fondamentale, mais il est difficile de calculer l'amplitude, la fréquence et les variations temporelles de ces harmoniques.

Constituant la majeur partie des instruments électroniques actuels, la lecture d'échantillons est un moyen facile de fabriquer des synthétiseurs à synthèse soustractive. En effet, plutôt que de fabriquer des formes d'ondes originales et évolutives, on s'est dit qu'il était intéressant de stocker une multitude d'échantillons sonores et de s'en servir de base pour créer des timbres complexes. Cette technique a rendu très réalistes les instruments basés sur ce principe. A cause du caractère reconnaissable d'un certain nombre d'échantillons, il est parfois difficile de créer des sons radicalement nouveaux. Elle n'est pas a proprement parler une véritable synthèse.

Le principe de la synthèse soustractive consiste à filtrer des signaux riches en harmoniques. Simple à mettre en oeuvre et économique, la synthèse soustractive s'est naturellement imposée sur les premiers synthétiseurs, dès les années soixantes. La synthèse soustractive peut prendre une autre source que le classique oscillateur délivrant des formes d'ondes périodiques simples, que celui-ci soit analogique ou numérique. A partir de la fin des années quatre-vingts, nombre de synthétiseurs soustractifs ont utilisé des échantillons numériques comme source de synthèse. Il peut s'agir d'échantillons d'instruments acoustiques ou électriques, pris séparément (piano, basse, orgue...) ou enregistrés ensembles (section de cuivres, de cordes...), mais également de voix ou de bruits divers. L'efficacité d'un filtre est fonction de sa pente, encore appelée "rolloff" ou "slope", exprimée en décibels par octave (dB/octave) ou en pôle. Le terme "pôle" fait référence au schéma typique d'un filtre ayant une pente de 6 dB/octave. Ainsi, on trouve des filtres 1 pôle, 2 pôles (12 dB/octave), 3 pôles (18 dB/octave) et 4 pôles (24 dB/octave). Additionner les pôles revient à placer des filtres identiques en série. On attribut à Robert Moog l'idée de mettre en série quatre filtres passe-bas, schéma désigné sous le terme de cascade de Moog. Sur un synthétiseur soustractif, deux paramètres principaux permettent d'ajuster l'effet de filtrage : la fréquence de coupure qui est la fréquence à partir de laquelle le filtre va entrer en action, et la résonance (disponible sur certains instruments), qui permet de faire entrer le filtre en auto-oscillation. Celui-ci se comporte alors comme un oscillateur. Il est également possible de modifier l'évolution temporelle de l'effet en adjoignant au filtre une enveloppe d'amplitude.



Caractéristiques techniques

Date de commercialisationFévrier 1997
Type de synthèseSynthèse additive,
Echantillons, Soustractive
Résolution16 bits / 18 DAC
Mémoire4 Mo de données d'ondes
123 waveforms en ROM
ClavierN/A
Expression MIDIVélocité,
AfterTouch (canal)
Programmes, Timbres, Singles, Voices (presets/progr.)0/256
(2 banques de 128 prg maxi)
(+ 2 banque sur carte RAM)
Combis, Patches, Performances, Multi (presets/progr.)0/64
Afficheur240 x 64 LCD
Polyphonie32 voix
Nombre d'oscillateurs/générateurs32 voix,
64 générateurs d'harmoniques par source
Multitimbral4 voies
Possibilité d'arranger les parts en Layers, Splits, zone Wrapping, Velocity Mix.
Sons de batterieOUI minimaliste
EffetsOUI (37 algorithmes)
4 bus (4 routages)
SéquenceurNON,
Arpégiateur : 8 motifs utilisateur (32 pas)
(40 pistes sur le K5000W)
Stockage externeDisquette 3"1/2 HD, SysEx
MIDIIN, OUT, THRU
Sorties audioStéréo MAIN +
Stéréo INDIV
OptionsMemory ME-1 RAM Card,
K5000 MCB Macro Control,
Sustain switch F-1,
Expression pedal V-20X
CompatibilitéSysEx K5000

Voir quelques trucs et astuces du K5000R…

Pour entendre les patches sans clavier

Pour entendre les sons du K5000R sans avoir de clavier MIDI de branché, appuyez sumultanément sur les touches SECTION "Up" [▲] et "Down" [▼]. Tous les patches à partir de A001 défilent après avoir joué une petite séquence. Un mode de sélection manuel est possible.

Jouer un morceau directement depuis la disquette

Le K5000R étant éteint, insérez la disquette supplémentaire (Supplement Disk) dans le lecteur de disquette, en face avant.

  1. Maintenez enfoncé la touche [F1] et allumez le K5000R.
    Le K5000W s'allume et une page DEMO apparaît à l'écran.
  2. Appuyez sur [F2] ou [F3] pour sélectionner un titre, puis sur [F1] pour le faire jouer.
  3. Appuyez sur [F2] ou [F3] pour sélectionner un titre, puis sur [F1] pour le faire jouer.
  4. Appuyez une nouvelle fois sur [F1] pour stopper.
  5. Appuyez sur [F2] ou [F3] pour sélélectionner un autre morceau, ou [F4] pour sortir du mode DEMO et repasser sur la page principale du K5000R.

Sélectionner un motif utilisateur de l'arpégiateur

Il y a 8 motifs (pattern) utilisateur mémorisables dans le K5000R.
Pour sélectionner un pattern utilisateur :

  1. Affichez le menu principal en mode Single ou Multi,
  2. Pressez la touche [R1] pour afficher le menu Arpeggiator,
  3. Pressez la touche [F3] pour sélectionner le secteur de note,
  4. Tournez le bouton (VALUE) pour sélectionner un motif (U1 - U8).

Pour retourner au menu principal, pressez le bouton [R1].
Pour programmer un Pattern, reportez-vous à la page 109 du manuel.

Formats de fichier de la série K5000

En fonction des données, les fichiers K5000 ont les extensions suivantes :

LISTE DES FORMATS DE FICHIER
Données Type de fichier Suffixe du fichier Exemple Lecture/Ecriture
Single ADD Patch *.KA1 Runner.KA1 Ο
Single ADD Banque *.KAA Runner.KAA Ο
Multi Un *.KC1 NewWorld.KC1 Ο
Multi Banque *.KCA NewWorld.KCA Ο
Arpeggio Tout *.KRA ArpTech.KRA Ο
Midifile SMF format 0 *.MID DEMO.MID X
Système Programme K5000SR.SYS
X

Ο : OUI
X : NON

Configuration d'une Macro Control Box (MCB) avec un séquenceur

Avec un K5000W : connectez la MIDI OUT du K5000W dans la MIDI IN de la MCB.
Avec un K5000R : connectez la MIDI OUT du clavier de commande dans la MIDI IN de la MCB.
Connectez la MIDI OUT de la MCB dans la MIDI IN de l'interface de l'ordinateur.
Connectez la MIDI OUT de l'interface de l'ordinateur dans la MIDI IN du K5000R ou K5000W (MIDI IN "A").

Contrôleurs continus assignés à la MCB

Si vous n'avez pas réussi à trouver une Macro Control Box (MCB), vous pouvez utiliser un clavier de commande et assigner les CC suivants à vos potards :

HRM LO16FF SPEED19VELOCITY76USER 180
HRM HI17FF DEPTH75ATTACK73USER 281
EVEN/ODD71CUTOFF74DECAY78USER 382
FF BIAS18RESO77RELEASE72USER 483

Si vous n'avez pas suffisamment de boutons sur votre surface de contrôle, vous serez obligé de faire un choix…

Modifier les patch Single sans MCB

Sans la Macro Control Box il est tout de même possible de modifier un Single en cours de jeu. Dans le mode Single Play, les boutons [F2] à [F8] sous l'afficheur sont disponibles pour l'édition (modification) instantanée. Sur l'écran, il y a des curseurs pour les Macro Control (HRM LO, FF BIAS, CUTOFF, ATTACK, HRM HI, FF SPEED, RESO, DECAY, EVEN/ODD, FF DEPTH, VELOCITY, RELEASE, USER 1, USER 2, USER 3, USER 4) qui peuvent être utilisés pour modifier instantanément le son. Leur valeur s'ajoute ou se soustrait aux valeurs d'origines contenues dans le Single, et affecte toutes les sources. Appuyez sur le bouton sous le paramètre à modifier, puis changez sa valeur avec la molette VALUE. La position du curseur bouge en fonction de la modification. Il n'y a que 6 paramètres de visibles et donc de modifiables par les touches [F2] à [F7]. Appuyez sur le bouton [F8] pour passer au groupe suivant de paramètres. Le troisième groupe affiche les quatre contrôleurs Utilisateur qui peuvent être programmés pour chaque Single. La fonction programmée est affichée sur l'écran (U1 à U4).

/!\ La programmation du K5000R est complexe, très complexe, il y a beaucoup de paramètres. Et la modification de l'un d'eux ne fait pas forcément l'effet attendu, comme ça se produit aussi en synthèse FM. Mais c'est intéressant de torturer les patches d'origines, on obtient parfois des choses surprenantes. 

crayon Plus un patch utilise de sources, plus vous consommerez de la mémoire de programme pour l'enregistrer dans le K5000. L'allocation de mémoire d'un programme Single est dynamique, mais la mémoire totale pour tous les programmes est figée. En fonction du nombre de sources, un Single patch prend plus ou moins de place mémoire. Et plus vous utilisez de sources dans un patch, moins vous pourrez jouer de notes simultanément (1 source = 1 voix-générateur).

crayon Le lecteur de disquette 3" ½ permet de sauvegarder les patches (Single, Multi, Arpeggio), charger de nouveaux sons (Single, Multi, Arpeggio) ou réinstaller le système (Operating System). Le format de la disquette 3" ½ est le standard IBM PC en 1,44 Mo (1.4 MB) compatible MS-DOS (nommage 8+3). Le format 720 Ko (720 KB) des disquettes double densité est également reconnu.

crayon L'arpégiateur Kawai ne permet pas d'enregistrer ses paramètres avec un patch comme le permet l'E-Mu Audity 2000 ou bien le Yamaha CS1x. Mais ce n'est pas un inconvénient, au contraire. On peut ainsi appliquer son motif (Pattern/Arpeggio) au son (Single Patch) que l'on veut. C'est donc plus souple d'emploi que sur l'Audity 2000. Le K5000R transmet les notes de l'arpège par la MIDI OUT. L'arpégiateur se synchronise sur l'horloge interne ou bien l'horloge MIDI.

eprom Le système peut être mis à jour par le lecteur de disquette. A sa sortie, le K5000R était en version système 3.0. La dernière version 4.04 est téléchargeable sur le site Kawai (voir plus bas "Procédure de tests et reset du K5000R").

Durée de vie du rétroéclairage

Le talon d’Achille de l'afficheur de l'expandeur Kawai K5000R — et des claviers de la même série — est le rétro-éclairage qui vieillit assez vite. Il en résulte que l'affichage LCD devient difficile à lire. Ce qui peut se produire également, c'est que l'afficheur LCD s'éteint subitement, laissant apparaître une faible lueur bleutée en arrière plan. Dans ce cas là, le K5000R fonctionne toujours piloté via MIDI, mais plus aucune information apparaît. La solution pour retrouver l'usage de l'afficheur est d'éteindre et de rallumer le K5000R. Mais le mieux est de changer le rétroéclairage, même s'il est encore allumé faiblement.

Le rétroéclairage est une feuille électroluminescente glissée derrière l'afficheur LCD. Si manier un tournevis et un fer à souder ne vous font pas peur, vous pouvez changer vous même cet "E-Foil" (c'est ce que j'ai fait sur mon K5000R).

Attention: Si vous intervenez vous-même dans le K5000R, K5000S ou K5000W, vous le faites à vos risques et périls !!!
 

MacTalk Kawai K5000 Macro Control Box Pour retrouver les sensations qu'on peut avoir avec le K5000S "Synthesizer", grâce à sa surface boutonneuse, Kawai à produit la K5000 Macro Control Box (MCB) utilisable avec le K5000W ou K5000R. Une simple connexion MIDI est suffisante : "Out" K5000 MCB branchée dans "In" K5000R/W, et "Out" du clavier maître dans la "In" de la MCB). Ainsi on dispose de 16 contrôles sur le son sous les doigts : HRM LO, FF BIAS, CUTOFF, ATTACK, HRM HI, FF SPEED, RESO, DECAY, EVEN/ODD, FF DEPTH, VELOCITY, RELEASE, USER 1, USER 2, USER 3, USER 4. Les quatre derniers boutons sont programmables. Ces contrôleurs ajoutent ou soustraient leur variation aux valeurs d'origine contenues dans le patch, et agissent sur toutes les sources. Cela ne changera pas les valeurs préréglées du patch qui ne peuvent être modifiées que par l'édition de celui-ci.
Avec une surface de contrôle du genre PC1600 de Peavey, Control Freak de Kenton ou Phat-Boy de Keyfax on peut évidemment faire la même chose, mais il faut programmer une fonction à chaque bouton.

Nota:
Utilisation du contrôleur Kawai K5000 Macro Control Box - Using Kawai K5000 Macro Control Box
La version du K5000R doit être au minimum égale à 3.0. – K5000R must have version 3.0 or higher.

sheckmarkKawai ME-1 replica Un ersatz de l'extension mémoire appelé "ME-1 Replica" pour la série Kawai K5000 a été développé par Bernward Mock, puis fabriqué industriellement et vendu sur www.marjorie.de, son site, avec l'approbation technique officielle de Kawai Europe GmbH. Cette carte est 100 % compatible K5000 et ajoute les banques E et F dans 256 Ko de mémoire RAM. Pour info, la mémoire interne des K5000 n'est que de 128 Ko.

sheckmark Le manuel de moins de 130 pages catalogue les fonctions sans exemples de mise en pratique. Il y a un livre appelé Wizoo Guide Kawai K5000 qu'il est souhaitable d'avoir si on veut se plonger dans la programmation du K5000. Ce livre n'est plus disponible, mais il peut être téléchargé sur le WEB (format PDF), ou bien ici en bas de page (2 parties). 

Mac talk Vous voulez écouter les démos du Kawai K5000R ? Alors cliquez sur le bouton ci-dessous.


Voir le Manuel utilisateur du K5000R pdf (3,5 Mo) EN

Voir le Wizoo Guide Kawai K5000 - Part 1 pdf (4,1 Mo) EN
Voir le Wizoo Guide Kawai K5000 - Part 2pdf (4,1 Mo) EN

Voir la procédure de tests et reset du K5000R.

Voir la page des téléchargements Kawai USA.

Voir la page sur l'extension mémoire "Replica" Kawai K5000 Enhanced Memory ME-1DE

Voir la page sur les "El-Foil" de rétroéclairage MIDI-RAKETE El-Foil ReplaceEN


Présenté par Jenfi Home.
Copyright © 2001-2017 Jean-Philippe Mamosa.
Toutes les photographies, sons, programmes, marques déposées et les logos sont propriétés de leurs détenteurs respectifs.
Page modifiée il y a plus de 1 an, un lundi à 22h24mn.