Jenfi Home-Studio

 

E-MU AUDITY 2000

Digital Rhythmic Modular Synthesizer

E-MU Audity 2000

Lorsque l'Audity 2000 est arrivé sur le marché, il a surprit par sa capacité à gérer des boucles mélodiques et rythmiques (arpèges) synchronisées. L'Audity 2000 est fondé sur une conception entièrement nouvelle (pour l'époque) qui combine 16 canaux générateur / arpégiateur de motif rythmique (pattern), des filtres numériques à résonance de 12ème ordre, la synchronisation des modulations via l'horloge MIDI, un double multi-effets stéréo 24 bits, et quatre boutons (potentiomètres) en face avant autorisant la modification en temps réel de certains paramètres. L'Audity 2000 a démarré l'ère de la famille E-Mu Proteus 2000 en 1998, qui s'est terminé cinq ans plus tard avec les Command Station XL-7 et MP-7.

L'Audity 2000 utilise classiquement des échantillons PCM et la synthèse soustractive. La technologie Z-Plane utilisé par E-Mu dans l'Audity 2000 est une découverte pour moi. Elle a été initié en 1993 par E-Mu avec l'expandeur Morpheus. Ce nom n'a rien à voir avec le dieu des rêves de la mythologie grecque (Morphée en français), mais se réfère à « morphing » (morphage en français), terme qui signifie de passer d'une chose à l'autre. Cette technique est beaucoup employé sur l'image (photo-montages par transition)… Revenons au Z-Plane, il n'effectue pas une transition entre deux formes d'onde mais entre deux types/modes de filtrage par interpolation. L'interpolation fait varier simultanément jusque 20 paramètres des filtres. Extrêmement complexe, les types de filtres sont gérés dynamiquement dont chaque élément peut être un filtre passe-bas, passe-bande, passe-haut, éliminateur de bande ou paramétrique. Les filtres peuvent être résonnant et avoir une pente du 12ème ordre. Un filtre de premier ordre a une pente de 6dB/octave. La fameuse cascade de Moog a une atténuation de 24 dB/octave, soit du 4ème ordre. La pente détermine la sélectivité du filtre. Plus cette pente sera raide, plus le filtre sera sélectif. Le son se retrouve ainsi scuplté de manière très précise. En plus des fonctions de base du filtrage qui consiste à éliminer le haut ou le bas du spectre, des accentuations (peak) et éliminations (notch) peuvent être pratiquées et ainsi modeler les harmoniques. Le balayage de filtres Z-Plane peut être contrôlé par un générateur d’enveloppe, un LFO, une molette ou une pédale de modulation, une vélocité de clavier, une pression de touche, etc. En résumé, toutes les sources de modulation peuvent contrôler le filtre Zplane. L'Audity propose 50 types de filtres différents, y compris filtres résonnants multipolaires, phasers, flangers, filtres vocaux (formant). Ces filtres peuvent être passe-bas (LPF), passe-haut (HPF), passe-bande (BPF) ou coupe-bande (BEF). Certains de ces filtres proposés sont du 12ème ordre (72 dB/oct). Dans ce cas la polyphonie sera divisée par deux.

Un son (programme) de l'Audity 2000 peut être constitué de 4 couches (Layer) maximum. Attention dans ce cas à la chute de la polyphonie (64 / 4 = 16 voix réelles)… E-mu appelle un son de base (échantillon, waveform) de l'Audity 2000 un « Instrument ». L'Audity a 287 Instruments dans sa mémoire de base; et plus si l'on ajoute une mémoire ROM (format SIMM) dans l'expandeur. Chaque Layer est comme un synthétiseur une voix qui utilise un Instrument (l'échantillon, donc) sur lequel on a 3 enveloppes, 2 LFO, 1 algorithme de filtre à choisir parmi les 50 proposés (de 2 à 12 pôles), et une modulation comprenant plus de 64 sources et autant de destinations. 24 points peuvent être modulés par Layer. Ces 24 points de modulation matricielle sont appelés « Patch Cord » par E-Mu, faisant ainsi référence aux synthés modulaires d'antant… Détails sur les enveloppes : il y a trois générateurs d'enveloppe par Layer, et tous sont à six segments. Il y a une enveloppe pour le volume (DCA), une autre pour le filtre (DCF), et la troisième est auxiliaire. L'enveloppe auxiliaire est identique à celle du filtre et peut avoir des valeurs positives ou négatives. Elle peut être affectée à n'importe quelle destination du PatchCord. De plus, les quatre Layers d'un preset peuvent être mixées (crosfaded) ou inactivées (switched) suivant la position sur le clavier, la vélocité, ou de tout autre source de modulation temps réel… Les quatre boutons côté gauche (après celui du volume) donnent plein d'expressivité au preset/timbre en modifiant les paramètres (contrôleurs continus) en temps réel. On peut assigner le contrôleur continu de son choix à chaque bouton. Ces quatre potards permettent de modifier (tweak, tweaking, tweaked) le son dans de large proportion suivant le paramètre assigné (enveloppe, filtre, LFO, etc.). La fonction « Link » me permet de chaîner plusieurs presets pour les jouer simultanément (presets superposés ou affectés à différentes zones du clavier). J'ai la possibilité d'associer deux autres presets au preset en cours (Link 1 & 2). Chaque preset chaîné peut se voir attribuer une zone du clavier différente ou des réglages de vélocité différents afin de passer d'un preset à l'autre selon la position sur le clavier ou la vélocité. Je peux en plus fixer le volume et le panoramique de chaque preset chaîné. Les paramètres de modulation réglés dans chaque preset restent en vigueur dans le lien (link). La section arpégiateur qui a une très bonne synchronisation externe n'est pas sans me rappeler la synthèse par séquence d'ondes (wave sequencing) des Korg Wavestation ou la séquence de formants du FS1R Yamaha. L'Audity 2000 dispose de 16 arpégiateurs. Tous les arpégiateurs partagent l'horloge maître de l'Audity 2000 et son réglage en cours. L'horloge maître peut être l'horloge interne de l'Audity 2000 ou bien une horloge MIDI externe (MIDI Clock). Même si tous les arpégiateurs reprennent le réglage de l'horloge maître, il est possible de leur attribuer une division de tempo différente. Le mode "Latch" de l'arpégiateur permet de déclencher un arpège en enfoncant une note, mais lorsque celle-ci est relachée l'arpège continue de jouer. L'arpège est arrêté en enfonçant une nouvelle fois la même note. 100 motifs d'arpèges (patterns) utilisateur peuvent être programmés en plus des 200 d'usine. Il y a 5 tables microtonales en ROM (12 presets en version 2), plus une en RAM (12 programmables en version 2) pour la (les) programmer soi-même. Ces tables rendent possible des accords autres que le tempérament égal habituel. Les tempéraments proposés sont : Just C, Vallotti, 19-tone, Gamelan (plus 7 tables en version 2 : Just C2, Just C-minor, Just C3, Werkmeister III, Kirnberger, Scarlatti, Repeating Octave). La table microtonale utilisateur peut être programmée pour la World Music, gammes arabes, chinoises, tibétaine, Wendy Carlos, Pierce-Bohl, etc. Ce qui peut être une source d'explorations et d'inspirations intéressantes… Une fois que j'ai créé un preset (programme), je peux l'enrichir avec le multi-effet.

La section d'effets est affectée à la sortie principale (MAIN OUTPUT). Sa résolution est en 24 bits, et son architecture est à 3 bus stéréo : MAIN, SUB1 et SUB2. En version 2, il y a quatre bus : SEND1, SEND2, SEND3 SEND4. Le SEND1 et SEND4 sont dirigés vers la sortie MAIN via les deux effets. Ces bus permettent le dosage de l'effet “wet/dry” appliqué sur le bus et non pas le canal/preset, de la même façon que sur l'Ensoniq MR-Rack, l'insertion en moins. C'est-à-dire qu'on affecte un preset à un des trois bus d'effets (quatre en V2). Je peux choisir deux effets parmi les 76 algorithmes. La section d'effets est en fait deux processeurs d'effets — en parallèle — avec contrôle de chaque balance (wet/dry) sur chaque bus. Le processeur d'effets nommé "FXA" comprend principalement des algorithmes de spacialisation (44 réverbérations et retards), et le processeur d'effets "FXB" contient des algorithmes spectraux (32 modulations et spacialisations) tels que chorus, flanger, phasing, distorsion, ainsi que des retards. Les effets peuvent être programmé dans chaque preset ou utilisé globalement en mode Multi-Setup. Il faut se méfier des programmes dans lesquels la section d'effets joue un rôle très important sur le timbre final. En effet, si je souhaite utiliser un tel preset dans un Multi-Setup, je dénature les autres programmes, ou inversement, mon preset avec son effet bien travaillé perdra de sa qualité en lui appliquant un autre effet dans une combinaison multitimbrale (multi-parties). Quant aux deux sorties SUB stéréo, elles ont la particularité d'être avec des jacks TRS. Ces sorties ne sont pas symétrisées, non. Elles sont conçues comme des jacks d'insert sur une console. Ce qui permet d'employer un effet externe — via un câble en “Y” (SEND/RETURN) — sur SUB1 et SUB2. Les retours d'effets sont ensuite sommés sur le bus MAIN pour ressortir sur la sortie principale stéréo. Cette astuce était déjà présente sur toute la gamme des premiers Proteus. Mais on peut aussi bien brancher les sorties SUB directement sur une table de mixage sans utiliser cette astuce de boucle d'insert… Quant à la sortie numérique sur RCA, elle peut être configurée soit au format "Spdif" ou AES-Pro" via l'option OUTPUT FORMAT du menu MASTER (accessible par le bouton [MASTER]). La sortie numérique stéréo sur le connecteur RCA duplique les sorties analogiques MAIN.

L'Audity 2000 contient 640 Presets non modifiables en ROM et 256 presets modifiables en RAM (512 modifiables en version 2). Les banques sont composés de 128 presets. Les banques RAM 0 et 1 sont des doublons des banques ROM 4 et 5… (Et en version 2 les banques RAM 2 et 3 sont des doublons des banques ROM 0 et 1). Une mémoire ROM ajoutant de nouvelles sonorités peut être ajoutée à l'intérieur de l'Audity 2000 sur un support SIMM, si son OS est en version 2.00 ou supérieure. Il n'y a que la barette Xtreme expansion ROM (orienté Dance, Hip-Hop, Rap avec des presets venant de l'Orbit et du Planet-Phatt) qui peut être installée dans l'Audity 2000. Les autres extensions ROM, pourtant SIMM, posent des problèmes de conflits d'adressage des patches. Cette banque ROM supplémentaire de 16 Mo ajoute 256 presets, 100 motifs d'arpèges (patterns) et 923 instruments (elle est nommée Audity Xtreme). Ce qui représente, extension installée, un total de 32 méga de formes d'ondes ainsi qu'un potentiel de 1408 presets/patches. Les presets de l'Audity 2000 sont organisés en catégories selon le type de son. Les presets sont préfixés avec trois lettres suivies de deux points (“:”). Ces trois lettres définissent la catégorie du preset. Les banques sont organisées en groupes de catégories répartis sur les cinq banques, hormis la banque ROM 0 presets 0 à 39 qui sont divers, puis 40 presets avec arpégiateurs, et enfin les séries de catégories. Celles-ci sont composées de trois lettres servant de préfixes au preset : ARP, BAS, BEL, CMP, EDG, HIT, LED, LFO, NSE, ORG, PAD, RAW, SCR, SEQ, SFX, SYN, VOX, WAL, WAV. La version 2 de l'Audity 2000 permet de sélectionner la catégorie, et de faire défiler uniquement les presets qui y correspondent. L'Audity 2000 a 5 drumkits qui sont étonnament non éditables.… Ne cherchez pas de sons acoustiques tels le piano, un sax et autres ensembles de cordes !!! Ne cherchez pas aussi la configuration ou la banque General MIDI (GM)… Vous devrez vous contenter des sons typés analogique ou digital, des pads et autres orgues à roues phoniques (B3, etc.) pour vous lancer dans des compos ambient, new age, industriel, techno, dance, urban, transe, jungle…

L'Audity 2000 semble être, acoustiquement parlant, un hybride entre l'analogique et le numérique, bien que sa technologie soit entièrement numérique. Les styles musicaux couverts par ce module expandeur sont bien évidemment Electronica, et vont du Krautrock (grâce au Groove de l'arpégiateur) en passant par l'Ambient jusqu'à la Techno/Dance. L'Audity 2000 est un excellent synthétiseur pour faire des textures soyeuses et chaudes, industrielles et acides, des bruitages et autres effets spéciaux, voire totalement "strange" (bizarres)… L'audity 2000 permet même d'aborder la musique expérimentale et acousmatique par ces nombreux programmes inspirants (ceux préfixés "NSE" et "SFX" notamment). Les Sound Designers apprécieront la large palette sonore couverte par l'Audity 2000, et sa capacité a être modifiable en temps réel grâce aux quatre potentiomètres assignables à huit contrôleurs continus; et plus de huit en contrôlant par MIDI… Le manuel en français est clair, et un chapitre « Tutorial » est même consacré à la programmation d'un preset, étape par étape. La synthèse Z-Plane utilise un mode de synthèse soustractive (filter synthesis) différent des autres synthétiseurs « soustractifs ». Elle est à la croisée entre la synthèse Waveshaping de la série Korg 01/W, la synthèse vectorielle (vector synthesis) du Korg Wavestation par la fonction « Link » entre les Layers, et la synthèse par formant du Yamaha FS1R par les sons vocaux voisés qu'elle propose. La partie arpégiateurs de l'Audity 2000 n'est pas sans me rappeler les « Waves Sequences » de formes d'onde (wave sequencing) du Korg Wavestation

Cette machine a une vraie personnalité. Elle est une bête de course pour faire des nappes bien synthétiques et des sons étranges, ainsi que des séquences qui “groove” grâce à ses 16 arpégiateurs programmables et synchronisables… L'Audity 2000 a été utilisé par ATB, Janis Chaffin, DJ UFO, Jonathan Block, Pascal de Clermont, Dirtyhertz, Philippe Gervais, Sean Hall, Derek Johnson, LILY K, Christian Salès, Andrew Schlesinger, The Crystal Method, Timbaland, Edward Tywoniak, Voynich...

Constituant la majeur partie des instruments électroniques actuels, la lecture d'échantillons est un moyen facile de fabriquer des synthétiseurs à synthèse soustractive. En effet, plutôt que de fabriquer des formes d'ondes originales et évolutives, on s'est dit qu'il était intéressant de stocker une multitude d'échantillons sonores et de s'en servir de base pour créer des timbres complexes. Cette technique a rendu très réalistes les instruments basés sur ce principe. A cause du caractère reconnaissable d'un certain nombre d'échantillons, il est parfois difficile de créer des sons radicalement nouveaux. Elle n'est pas a proprement parler une véritable synthèse.

Le principe de la synthèse soustractive consiste à filtrer des signaux riches en harmoniques. Simple à mettre en oeuvre et économique, la synthèse soustractive s'est naturellement imposée sur les premiers synthétiseurs, dès les années soixantes. La synthèse soustractive peut prendre une autre source que le classique oscillateur délivrant des formes d'ondes périodiques simples, que celui-ci soit analogique ou numérique. A partir de la fin des années quatre-vingts, nombre de synthétiseurs soustractifs ont utilisé des échantillons numériques comme source de synthèse. Il peut s'agir d'échantillons d'instruments acoustiques ou électriques, pris séparément (piano, basse, orgue...) ou enregistrés ensembles (section de cuivres, de cordes...), mais également de voix ou de bruits divers. L'efficacité d'un filtre est fonction de sa pente, encore appelée "rolloff" ou "slope", exprimée en décibels par octave (dB/octave) ou en pôle. Le terme "pôle" fait référence au schéma typique d'un filtre ayant une pente de 6 dB/octave. Ainsi, on trouve des filtres 1 pôle, 2 pôles (12 dB/octave), 3 pôles (18 dB/octave) et 4 pôles (24 dB/octave). Additionner les pôles revient à placer des filtres identiques en série. On attribut à Robert Moog l'idée de mettre en série quatre filtres passe-bas, schéma désigné sous le terme de cascade de Moog. Sur un synthétiseur soustractif, deux paramètres principaux permettent d'ajuster l'effet de filtrage : la fréquence de coupure qui est la fréquence à partir de laquelle le filtre va entrer en action, et la résonance (disponible sur certains instruments), qui permet de faire entrer le filtre en auto-oscillation. Celui-ci se comporte alors comme un oscillateur. Il est également possible de modifier l'évolution temporelle de l'effet en adjoignant au filtre une enveloppe d'amplitude.

La synthèse par morphing, développée par le constructeur américain E-Mu, utilise comme base technique le composant nécessaire à la synthèse soustractive, c'est-à-dire le filtre. La synthèse par morphing implique l'utilisation des technologies numériques, seules capable de générer les calculs nécessaires. En effet, le morphing ne se limite pas au classique filtre 4 pôles de la synthèse soustractive, mais offre plusieurs filtres ayant des pentes pouvant atteindre 14 pôles. Le processus de morphing consiste donc à créer une transition d'un état de filtres à un autre, divers paramètres permettant de régler la vitesse de transition, le nombre d'étapes et les profils de filtrage pour chacune de ces étapes. Nombre de schémas de connexion entre filtres sont possibles. E-mu a appelé cette synthèse Z-plane et l'a introduite avec le Morpheus.

L'expression en temps réel ! Moduler signifie intervenir sur certains paramètres du son, soit de manière interactive, de la même manière qu'un instrumentiste avec la vélocité, la pression, le Pitch bend, le Breath Controller ou n'importe quel contrôle MIDI, soit au moyen d'un effet prédéfini : enveloppe, LFO… La modulation matricielle est en fait, comme avec la synthèse vectorielle, plus un système de contrôle du son et permet de modifier ou de créer l'allure du timbre final par des processus électroniques. A l'instar des synthétiseurs modulaires, composés de divers modules connectables entre eux, la modulation matricielle permet de créer des connexions variées entre les modules du synthé (LFO, enveloppes, etc.). Il s'agit en fait d'une méthode extrèmement flexible de contrôle du son, permettant d'assigner la plupart des contrôleurs de l'instrument (clavier, molettes, enveloppes...) à des paramètres sensibles (filtre, LFO, amplificateur...). Sur les anciens modulaires, tel le Moog 55, il fallait brancher ("patcher") physiquement avec des câbles entre les modules ou insérer des fiches sur une matrice : jonction en X et Y (souces en lignes, destinations en colonnes) comme sur le EMS VCS3; d'où le nom de "matricielle". Sur les machines modernes sont déjà prépatchés la molette au LFO et le Bender au Pitch (hauteur de la note). Aujourd'hui, l'affectation des modules entre eux s'effectue par logiciel. Les synthétiseurs intégrant la modulation matricielle offrent généralement une souplesse d'utilisation et une palette de possibilités créatives très étendues.



Caractéristiques techniques

Date de commercialisationJanvier 1998
Type de synthèseEchantillons (44,1 KHz), Soustractive,
Morphing (Z-Plane)
Résolution16/18 bits D/A
Mémoire16 Mo de données d'ondes
287 samples
Extensible à 32 Mo avec une carte SIMM de 16 Mo
ClavierN/A
Expression MIDIVélocité d'attaque ET de relâchement, AfterTouch Mono ou Polyphonique
Programmes, Timbres, Singles, Voices (presets/progr.)• ROM:
– 640 preset (5 banques de 128)
• RAM:
– 256 user (2 banques de 128)
– 512 user (4 banques en V2)
• Z-PLANE:
– 50 preset
Combis, Patches, Performances, Multi (presets/progr.)0/0 (zéro) en version 1
15/1 en Version 2
Afficheur2 lignes de 24 caractères LCD
Polyphonie32 voix
64 voix en Version 2
Nombre d'oscillateurs/générateurs32 générateurs
64 en Version 2
Multitimbral16 voies
Sons de batterieOui
Effets2 FX
24 bits
Séquenceur16 arpégiateurs
Arp Patterns: 100 user patterns (de 32 pas chaque), 200 Factory Patterns, up, down, up/down, forward assign, backward assign, random
Stockage externeSysEx
MIDIIN, OUT, THRU
Sorties audio1 Stéréo MAIN +
2 Stéréo AUX
S/PDIF - AES Pro
Optionscarte ROM 16Mo "Xtreme"
format SIMM
CompatibilitéSysEx Audity 2000

Voir quelques trucs et astuces de l'Audity 2000…

Combinaison multitimbrale sur l'Audity 2000

La version 1 de l'Audity 2000 ne disposant pas de mémoire de combinaison multitimbrale (appelée Multi-Setup), la solution proposée par E-Mu est d'effectuer un "Dump" de la configuration courante du Multi-Setup, et de l'enregistrer sur une piste MIDI de votre séquenceur. Pour se faire, appuyez sur la touche [MASTER] et tournez la molette jusqu'à ce qu'apparaîsse "SEND MIDI SYSEX DATA" sur la ligne du haut de l'afficheur. Positionnez le curseur sur la ligne du bas à l'aide des touche [<] ou [>], et tournez la molette jusqu'à ce qu'apparaîsse "multi mode map". En version 2, sélectionnez "current multisetup" sur cette deuxième ligne. Configurez votre séquenceur pour qu'il reçoive les données de type "System Exclusive". Mettez le séquenceur en enregistrement, puis appuyez sur le bouton [ENTER] de l'Audity 2000. Votre séquenceur enregistre alors pour chaque canal du Multi-Setup : le preset, volume, pan, Mix Output, etc. Pour retrouver votre configuration Multi-Setup, lisez la piste MIDI sur laquelle vous avez enregistré votre combinaison multitimbrale. Laissez quelques mesures vides après le dump avant d'enregistrer votre musique pour permettre à l'Audity 2000 de bien être totalement reparamétré.

Enregistrer les mouvements des boutons

Si le paramètre "KNOBS MIDI OUT" du menu MASTER est réglé sur "transmit", l'Audity 2000 envoie alors les messages de contrôleur MIDI sur la prise DIN OUT. Les messages des contrôleurs MIDI via les quatre potentiomètres sont envoyés sur le canal MIDI assigné. Ils peuvent ainsi être enregistrés dans un séquenceur MIDI, puis "rejoués" (ré-exécutés) en lecture.

L'afficheur LCD marque "NVRAM reset" = pile faible

Lorsque l'affichage marque "NVRAM reset" à l'allumage de l'Audity 2000, c'est que la pile de sauvegarde est usée. Vous ne pouvez donc plus enregistrer vos programmes personnalisés dans la mémoire de l'Audity 2000. Pire, si vous n'avez pas sauvegardé vos personnalisations dans votre ordinateur (via un logiciel MIDI editeur/bibliothécaire), vous les avez perdus.

NVRAM reset
 

Il s'agit de la pile modèle BR-2335 qu'il est difficile de trouver en France. Mais une CR-2032 — également de 3 volts — peut faire l'affaire en la centrant bien sur le support…

sheckmark Pour en savoir plus sur le changement de la pile, cliquez ici.

Lancer les démos sur l'Audity 2000

Pour écouter les morceaux, utilisez la procédure suivante pour lancer la lecture:

  1. Appuyez sur la touche [MASTER], maintenez-là, et enfoncez la touche [EDIT].
  2. Tournez le bouton (Data Entry) pour afficher le menu "DEMO SEQUENCE"
  3. Avec les touches [<] et [>] amenez le curseur sous le numéro de Song à lancer.
  4. Appuyez sur la touche [ENTER] pour commencer la lecture.
  5. Appuyez sur [ENTER] pour arrêter la lecture.
  6. Appuyez sur les touches [<] et [>] pour placer le curseur sour le numéro de démo à écouter.
  7. Répéter les étapes 4 et 5.
DEMO SEQUENCE   1 2 3 4
Enter = Start -> = Next

Quand la démo est arrêtée, appuyez sur la touche [MASTER] pour quitter le MODE DEMO et revenir en mode de jeu.

Pprocédure et présentation différente sous la version 2

Pour écouter les morceaux, utilisez la procédure suivante pour lancer la lecture:

  1. Appuyez sur la touche [MASTER], maintenez-là, et enfoncez la touche [EDIT].
  2. Avec les touches [<] et [>] amenez le curseur sur la ligne du bas de l'afficheur.
  3. Tournez le bouton (Data Entry) pour sélectionner une démo "Audity Demo X" (1–4). La LED de la touche [ENTER] se met à flasher.
  4. Appuyez sur la touche [ENTER] pour commencer la lecture.
  5. Appuyez sur [ENTER] pour arrêter la lecture.

L'affichage des songs de démo est différent. Il se présente comme ci-dessous :

DEMO SEQUENCES    AUDTY
Audity Demo 1

Les démos jouent en continu jusqu'à ce que vous appuyez sur la touche [ENTER] pour arrêter la démonstration.

Quand la démo est arrêtée, appuyez sur la touche [MASTER] pour quitter le MODE DEMO et revenir en mode de jeu.

crayon Sélectionner un Preset par la catégorie ( /!\ Uniquement en version 2 ). Pour changer la catégorie d'un preset, appuyez sur la touche curseur à plusieurs reprises jusqu'à ce que le curseur se trouve sous le champ Catégorie Preset. Tournez la molette DATA ENTRY pour sélectionner l'une des catégories de presets. Les catégories de Presets sont affichées dans l'ordre alphabétique. Après avoir sélectionné une catégorie, déplacez le curseur sur le champ Nom de la preset. Tournez la molette DATA ENTRY pour faire défiler les Presets dans la catégorie sélectionnée. Notez que les Presets ne sont plus classés par ordre numérique (croissant ou décroissant).

crayon Générateur de patch aléatoire ( /!\ Uniquement en version 2 ). Cette fonction crée un nouveau preset en utilisant comme source des réglages de presets en ROM. En fusionnant au hasard des presets, de nouveaux programmes sont ainsi générés facilement et rapidement. Toutefois, le résultat n'est pas forcément heureux à tous les coups. Il faut alors générer un nouveau patch aléatoire ou le modifier afin d'obtenir quelque chose d'exploitable. Le nouveau preset doit être sauvé en RAM afin de pouvoir le réutiliser plus tard.

crayon Synchronisation tempo délai FXB ( /!\ Uniquement en version 2 ). Le temps de délai du module FXB peut maintenant être contrôlée par le Master Clock. Cette fonction permet de synchroniser l'échos avec le motif (pattern) de l'arpégiateur ou le séquenceur. L'écho interagissant avecl'arpégiateur crée alors des polyrythmies complexes et autres syncopes. On peut synchroniser sur l'horloge interne ou externe avec un effet retard sur FXB.

crayon L'alimentation interne de l'Audity 2000 est universelle. E-Mu l'a conçu pour qu'elle fonctionne automatiquement de 90 à 240V, en 50 et 60Hz (Auto-sensing PSU 90V to 240V, 50Hz- 60Hz).

crayon Pour voir apparaître sur l'afficheur les noms de l'équipe de développement Audity 2000, appuyez et maintenez les touches curseur [<] et [>] ainsi que la touche [Edit] enfoncées, et allumez l'appareil. Bonne lecture !…

Les Ultra Proteus avec seulement 17 filtres Z-Plane — incarnés par l'Orbit 9090 (Techno/Electronica — 1996), le Planet Phatt (Hip-Hop — 1997), et le Carnaval (Latin — 1997) — étaient l'esquise de la série Proteus 2000, c'est-à-dire des expandeurs spécialisés dans un genre musical avec le “Beat Mode” (boucles et phrases). Avec l'arrivée de l'Audity 2000 en 1998, E-Mu amorcait la génèse d'une nouvelle famille de synthés « hardware » (matériel) succédant à la série Proteus : plus puissants, une édition plus riche, avec une forte implémentation de la synchronisation (interne et MIDI). E-Mu fournissait là ses dernières cartouches (matérielles) avant de produire uniquement des instruments « virtuel » (instruments logiciel VSTi ou “Stantalone”) à partir de 2004. Dans le même registre que l'Audity 2000, E-Mu a produit l'Xtreme Lead 1 et l'XL1 Turbo (techno, dance). La synthèse Z-Plane était aussi mise en oeuvre dans le Turbo Phatt (hip hop, acid jazz, rap et R&B), dans l'Orbit V3 (dance, electronica), mais aussi dans le Planet Earth qui est pour un tout autre style musical (sons ethniques “World”). Quant à l'arpégiateur (Rhythmic Groove Generator), c'était devenu un standard E-Mu dans ces nouveaux modules expandeurs rack et les “Command Station” (Groove Machines, style MPC™) XL-7 et MP-7… jusquà l'arrêt de leur fabrication.

Les versions de l'OS de l'Audity 2000 :

Aucun signe distinctif - du genre "V2", "MkII", "Rev.2" ou "Extended" - ne permet de faire la différence entre un Audity 2000 version 1 et version 2 (apparut en août 1998). Pourtant les différences sont de taille: polyphonie doublée (64 voies), mémoire utilisateur doublée (4 banques de 128 user preset), la recherche des presets peut se faire sur la catégorie (BAS, LED, SYN, etc.), 16 configurations multitimbrales (Multi-Setup), 9 nouvelles formes d'onde pour le LFO (17 au total), le générateur d'enveloppe peut être en mode "repeat", il y a un bus d'effet supplémentaire (4 au total), le "PatchCord" permet de moduler les effets, le "Delay Time" de l'effet FXB peut maintenant être contrôlé par l'horloge interne ou externe, 7 nouvelles tables microtonales en ROM (12 au total) plus 11 nouvelles en RAM (12 au total), un générateur aléatoire de preset (en utilisant au hasard les paramètres des presets en ROM), la possibilité d'ajouter la carte “XTREME” ROM sound set, etc.

▶ La seule façon de voir la version de votre Audity 2000, c'est à l'allumage de l'expandeur. La version de l'OS ne s'affiche que pendant deux secondes, malheureusement.

Mac talk La série Proteus, depuis son origine en 1989 avec le premier expandeur Proteus 1 "Pop/Rock", avait une façade de rack en plastique faisant “cheap” (en plus d'être fragile sur les ailes/oreilles de fixation) . La famille Proteus 2000 n'a pas échappé à la règle, exception faite des Ultra Proteus qui ont eu l'honneur d'avoir la face avant de leur rack en métal. Toutefois, malgré cette présentation en plastique, la série Proteus 2000 possède des oreilles de rack démontables en métal. Celles de l'Audity 2000 sont bleu. souriant



MacTalkE-MU Xtreme ROM J'ai trouvé une carte d'extension E-MU XTREME ROM qui ajoute une sélection des meilleurs patches "Dance/Electronica" des modules Orbit et Planet-Phatt. Cette ROM de 16 Mo ne contient pas moins de 900 Instruments utilisés dans deux banques de 128 presets.

A l'exception de cette ROM, toutes les autres sont incompatibles avec l'Audity 2000. Vous ne pouvez pas ajouter de ROM de la série Proteus 2000 (P2K) dans l'Audity 2000 car elles entrent en conflit avec les adresses des presets initiaux de l'expandeur.

sheckmark En savoir plus sur les "Expansion ROM" E-Mu…



Mac talk Vous voulez écouter les démos de l'E-Mu Audity 2000 ? Alors cliquez sur le bouton ci-dessous.


Voir le document New Features in Version 2.0 de l'Audity 2000 pdf (1,4 Mo) EN

Voir le Owner's Manual de l'Audity 2000 pdf (2,2 Mo) EN

Voir la procédure de tests et reset de l'Audity 2000.


crayon Pourquoi l'Audity 2000 est-il Bleu ? Eh bien le bleu de l'Audity 2000 est la couleur qui a été utilisé sur les premières productions de E-mu Systems, notamment l'Emulator I. Le nom Audity a été utilisé à l'origine à la fin des années 1970 par E-mu Systems pour leur premier synthétiseur analogique a commande numérique. Ce synthétiseur polyphonique 16 voix — un clavier de 61 touches et deux oscillateurs par voix — dont le prix de vente était de 69.200 dollars a été fabriqué en un seul exemplaire en 1978. Ce fut Peter Baumann (Tangerine Dream) qui en fut l'acquéreur.


/!\ L'Xtreme Lead-1 a 50 algorithmes de filtres à 14 pôles comme sur l'Audity 2000. Mais du coté audio, il n'y a seulement qu'une sortie stéréo analogique et pas de sortie numérique S/PDIF AES-Pro. Il n'est pas sensible à la vélocité de relâchement et à l'aftertouch polyphonique (message MIDI sur la pression exercé sur une note individuelle). Mais la bibliothèque sonore est conséquente : 1210 instruments (samples) logés dans 32 Mo de mémoire morte (ROM). Il est équipé de deux connecteurs SIMM lui permettant de recevoir des extensions de mémoire ROM de la série Proteus 2000.

/!\ L'XL-1 Turbo est un Xtreme Lead-1 “gonflé” a 128 voies de polyphonie — c'est-à-dire le double de l'XL-1 “standard” — avec 32 canaux MIDI (deux ports IN), quatre sorties supplémentaires (six au total), et une sortie numérique sur RCA. Il a également deux connecteurs pour accueillir des cartes ROM de sons supplémentaires,

/!\ Le Morpheus a 32 filtres qui vont jusqu'au 14ème ordre et 197 algorithmes de filtres. Il a une capacité de 384 patches (128 en RAM 128 en ROM, 128 sur carte). Il a un port pour carte ROM ou RAM pouvant contenir des presets, hyperpreset ou midimap. Mais il n'a pas d'arpégiateur. Les sons (presets) proposés sont plus généralistes (piano, strings, brass, guitare, sax, vox, pad, synth, etc.). Le Morpheus est plus orienté instruments acoustiques.


MacTalk A la rentrée 2008, j'ai remplacé le Roland JV-880 — qui faisait doublon avec le JV-1080 — par ce module E-Mu qui a des sons bien différents et complémentaires de mes autres expandeurs.

crayon La synthèse Z-Plane a été initié par E-Mu avec l'expandeur Morpheus en 1993. « Avec la technologie révolutionnaire Z-plane, le Morpheus offre des sons et un control expressif jamais atteint dans un instrument MIDI. A la différence des filtres élémentaires à 2 ou 4 poles des synthétiseurs traditionnels, les filtres Z-Plane à 14 pôles du Morpheus sont capables de modéliser virtuellement n'importe quelle caractéristique de résonance, et permettent l'interpolation (le "morphing") en temps réel, permettant ainsi des manipulations sonores extraordinaires », dixit E-MU. Ce mode de synthèse sera implémenté dans tous les synthétiseurs et sampleurs E-Mu, avec un nombre d'algorithmes Z-Plane différent suivant les machines.


Présenté par Jenfi Home.
Copyright © 2001-2017 Jean-Philippe Mamosa.
Toutes les photographies, sons, programmes, marques déposées et les logos sont propriétés de leurs détenteurs respectifs.
Page modifiée il y a plus de 1 an, un samedi à 14h47mn.